•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq mythes sur le sucre

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Cinq mythes sur le sucre

Une femme tient des cubes de sucre dans ses mains.

De nombreux aliments que nous consommons tous les jours sont remplis de sucre.

Photo : iStock

Le sucre apporte beaucoup de bonheur et de satisfaction, mais sa consommation peut aussi causer des effets négatifs sur le corps. Pour démêler le vrai du faux, la diététiste et professeure à l'Université de Moncton, Claire Johnson, remet les pendules à l'heure au sujet de la consommation de sucre.

Les mythes en nutrition existent parce qu’il y a une part de la vérité”, affirme d’entrée de jeu la diététiste acadienne. “ La nutrition, c’est une science que j’adore, mais elle est pleine de nuances et de détails parfois contradictoires, précise-t-elle avant d’aborder le premier mythe.

une femme dans un bureau

La diététiste et professeure à l'Université de Moncton, Claire Johnson.

Photo : Radio-Canada

Mythe 1 : les sucres naturels sont meilleurs pour la santé que les sucres raffinés

Les sucres raffinés sont les sucres de table, le sirop glucose-fructose ou le sucrose. Claire Johnson explique que ces sucres comprennent plusieurs calories et très peu de nutriments. Les sucres naturels, comme le sirop d’érable ou le miel, quant à eux, contiennent des nutriments.

dsc00159

pots de sirop d'érable

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Lorsque le sucre raffiné est comparé au sucre naturel, il n’est pas étonnant que ce dernier soit considéré comme étant nutritif. Mais Claire Johnson y apporte une précision notable. Pour avoir une quantité importante de ces nutriments-là, pour vraiment que ça contribue à notre santé, faudrait prendre des grosses quantités de sucre naturel.

On sait que des grosses quantités de sucre naturel, c’est quand même du sucre. Ça va fournir des calories en excès.

Claire Johnson, diététiste et professeure, Université de Moncton

Il y a bien d’autres aliments qui vont donner notre potassium, nos antioxydants et toutes les bonnes choses des aliments. On ne va pas se fier sur le sucre, note Claire Johnson.

Mythe 2 : le sucre est un peu comme une drogue

Cette notion remonte à plusieurs études en laboratoire qui ont été réalisées sur des souris. Les petites souris, si on leur donnait du sucre, ils allaient choisir le sucre au-dessus d’autres substances. Si on leur enlevait le sucre, ils allaient manifester des effets de manque de ce sucre-là. En d'autres mots, ça agissait un peu comme une dépendance, explique Claire Johnson.

En 2017, une méta-analyse a démontré que le sucre va induire le plaisir et la dopamine. Oui de façon physiologique, ça va peut-être agir de la même manière. La réalité nous raconte une autre histoire.

La diététiste explique par contre qu’il est faux de vouloir comparer le sucre aux autres drogues, comme les opioïdes et la cocaïne. Les experts, on va s’entendre que oui, il y a un certain danger qui peut être lié à une surconsommation de sucre, par exemple les caries dentaires, l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, mais c’est pas mal minime comparé à l’effet des substances très addictives. On pense aux drogues fortes, aux opioïdes ou à la cocaïne.

Les experts vont s’entendre pour dire que oui, le sucre peut agir en quelque sorte de la même façon, de façon physiologique, mais la réalité, c’est très différent. On appelle plutôt ça une habitude ou une légère dépendance.

Claire Johnson, diététiste et professeure, Université de Moncton

Mythe 3 : le sucre rend les enfants hyperactifs

Une jeune fille louche devant la cuillerée de sucre qu'elle mange alors qu'elle est entourée d'aliments sucrés.

La consommation de sucre ne cause pas une surexcitation chez les enfants.

Photo : getty images/istockphoto / Saturated

La science n’a pas été capable de montrer une relation de cause à effet sur cette question. Les enfants vont devenir hyperactifs ou très excités quand ils consomment des bonbons, du sucre ou des breuvages sucrés en raison du contexte de la consommation du sucre et moins le sucre lui-même.

Ce n’est pas les bonbons à Halloween qui vont causer l’hyperactivité, mais c’est plutôt la fête d’Halloween.

Claire Johnson, diététiste et professeure, Université de Moncton

Mythe 4 : manger du sucre fait grossir

Le sucre va faire grossir quand on le consomme en excès, mais ça on peut dire la même chose de n’importe quel autre macronutriment qui fourni des calories. On peut dire la même chose pour le gras, l’alcool ou les protéines, affirme la diététiste.

Des pieds sur un pèse-personne.

La consommation de sucre en excès peut donner lieu à une prise de poids.

Photo : iStock

Claire Johnson souligne que ce n’est pas le sucre comme tel qui provoque une prise de poids, il s’agit du mécanisme physiologie qui est en cause. Le sucre va provoquer la sécrétion d’insuline et l’insuline va dire: oh j’ai un surplus de sucre ou de graisse. Il va emmagasiner le reste.

C’est le surplus et c’est le fait de ne pas être capable de brûler ces calories-là en surplus qui va mener au surplus de poids et pas le sucre lui-même.

Claire Johnson, diététiste et professeure, Université de Moncton

Mythe 5 : consommer trop de sucre peut mener au diabète

Une petite vérité partielle, selon Claire Johnson. Une prise de poids en lien avec à la consommation de sucre peut en effet mener au développement de maladies comme le diabète de type 2 ou les maladies cardiovasculaires. Une consommation de sucre en modération qui ne cause pas un gain de poids ne va pas causer ces mêmes risques de développement de maladies, précise-t-elle.

Claire Johnson tient à déboulonner un autre mythe en lien avec celui-ci : Le diabète de type 1 est une maladie auto-immunitaire où on voit une destruction des cellules bêta du pancréas. Celui-là n’a rien à voir avec la consommation du sucre.

Avec les informations d’Amélie Gosselin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi