•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Six mythes sur la migraine

Rattrapage du mercredi 9 septembre 2020
Assis sur un divan, un homme se touche les tempes en raison d'un mal de tête.

Il y aurait en moyenne 25 000 crises de migraine par jour au Québec.

Photo : iStock / seb_ra

Les migraines touchent environ 15 % de la population mondiale de façon plus ou moins intense. L'heure de pointe Acadie remet les pendules à l'heure sur les migraines et discute de six mythes avec la neurologue Elizabeth Leroux.

Mythe 1 : la migraine n’est seulement qu’un gros mal de tête

Cette affirmation est fausse. La Dre Elizabeth Leroux, neurologue spécialisée en médecine des céphalées et des maux de tête, confirme que la migraine est une maladie neurologique.

C’est un mal de tête, évidemment, mais qui s’accompagne d’autres symptômes, entre autres, l’hypersensibilité aux sons, lumières, odeurs et mouvements, et aussi des symptômes comme les nausées, les vomissements.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue

L’accumulation de ces symptômes vient causer bien des ennuis aux gens qui en souffrent pouvant même empêcher la personne de fonctionner, explique la neurologue.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue

Photo : Gracieuseté/Elizabeth Leroux

Mythe 2 : la migraine est bien connue des médecins et des employeurs

La neurologue avoue que la science accusait un retard en ce qui concerne les migraines. La Dre Elizabeth Leroux affirme que les médecins ne sont pas tous à l'affût des nouvelles connaissances sur le sujet. J’ai beaucoup de patients qui me disent avoir vu un médecin qui voulait les aider, sans doute, mais qui malheureusement, n’avait pas tout le temps les connaissances nécessaires.

Chez les employeurs, la situation est même pire, selon elle.

Il y a beaucoup de connaissances en santé mentale par exemple qui ont été développées, diabètes, maladies cardiovasculaires, mais en migraine je pense qu’il y a beaucoup de travail à faire pour améliorer la collaboration entre l’employeur et augmenter la productivité et la qualité de vie de l’employé.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue

Mythe 3 : la migraine est causée par des facteurs psychologiques comme le stress ou la dépression

Ça, c’est partiellement vrai, partiellement faux, déclare-t-elle.

Il faut voir que, la migraine, c’est une prédisposition génétique du cerveau à réagir à certains déclencheurs.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue

Elle compare les migraines à l’asthme. Il y a des gens qui ont un asthme déclenché par l’exercice, déclenché par les chats, et il y en a que c’est un asthme tellement sévère que c’est déclenché juste par le fait d’être dehors et de respirer normalement.

La Dre Elizabeth Leroux affirme que l’anxiété peut jouer dans la balance ainsi que la charge mentale. Des fois, ils ne sont pas anxieux, mais c’est vrai que la migraine est déclenchée par, entre autres, une surcharge mentale, une surcharge sensorielle et le cerveau réagit à ça en produisant la crise migraineuse.

Mythe 4 : la migraine touche seulement les femmes

Les femmes sont les plus touchées par les migraines, mais ce problème de santé n’épargne pas les hommes pour autant. Je vois souvent des patients masculins qui ont passé leur vie avec des migraines, mais flamboyantes, mais qui n’ont juste jamais été diagnostiqués peut-être en partie parce qu’ils étaient des hommes et puis personne n’a pensé que ça pouvait peut-être être une migraine.

Un homme tient un verre d'eau et porte sa main à la tête en grimaçant de douleur.

L'étude démontre une différence entre les hommes et les femmes: ils se souviennent de façon différente de leur douleur.

Photo : getty images/istockphoto / fizkes

Oui, plus de femmes, entre autres, à cause des variations hormonales, mais il ne faut pas oublier les hommes et les enfants.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue

Elle explique que 10% des enfants souffrent de migraines.

Mythe 5 : la migraine n’est pas dangereuse pour la santé

La Dre Elizabeth Leroux se veut rassurante en affirmant que la migraine n’est pas associée à d’autres problèmes de santé. Mais les conséquences sur la vie de la personne qui en souffre sont considérables. Elle a un impact sévère sur la fonction tout au long de la vie productive. C’est sûr que ce n’est pas dangereux pour une paralysie ou vous tuer, mais ça va vous enlever des jours de vie, mais tout au long de votre vie, si vous en souffrez. C’est vraiment à prendre au sérieux.

Mythe 6 : la migraine va passer avec une bonne nuit de sommeil

Bien que cette affirmation peut être vraie pour certains, ce n’est pas le cas pour tout le monde.
Malheureusement, dans certains cas, surtout quand une migraine est plus sévère, moi j’ai des patients qui ont des crises qui durent plusieurs jours en ligne, qui se réveillent encore avec la migraine, qui ne peuvent pas bien dormir et qui tombent dans un cercle vicieux, précise la Dre Leroux.

Elle conclut en invitant les gens à se renseigner et à ne pas souffrir en silence.

Vous n’êtes pas tout seul. Il y a à peu près 15 % de la population qui en ont aussi. On n’en parle pas, mais beaucoup de gens connaissent ce problème.

La Dre Elizabeth Leroux, neurologue

Avec les informations d’Amélie Gosselin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi