•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une chapelière acadienne touchée par la mise à pied au Cirque du Soleil

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Une chapelière acadienne touchée par la mise à pied au Cirque du Soleil

Rattrapage du mercredi 8 juillet 2020
Le Cirque du Soleil à Hollywood en 2012

Le Cirque du Soleil 2012

Photo : La Presse canadienne / Mark J. Terrill

Le Cirque du Soleil a annoncé, en juin, le licenciement permanent de 85% de son personnel. Des artisans et des artistes de plusieurs millieux sont touchés. C'est le cas de l'Acadienne Tania Mélanie Marchildon qui évoluait comme chapelière depuis une dizaine d'années avec l'entreprise.

L’Acadienne originaire de Saint-Louis-de-Kent, au Nouveau-Brunswick, confectionnait chapeaux et accessoires à partir du siège social, à Montréal. Elle travaillait surtout sur les nouvelles productions.

Tania Mélanie Marchildon explique qu’un esprit de famille régnait dans les locaux du Cirque du Soleil. J’ai commencé un peu par hasard à travailler pour le Cirque, mais je suis restée parce que c’était devenu un peu comme une famille élargie. C’était spécial travailler pour le Cirque du Soleil.

Tania Mélanie Marchildon

Tania Mélanie Marchildon

Photo : Gracieuseté/Tania Mélanie Marchildon

C’est une grosse compagnie, c’est sûr. C’est une compagnie qui existe pour faire de l’argent, mais on ne le ressent pas quand même quand tu travailles là au siège social, précise la chapelière. Tu te sens comme si tu es entouré de personnes passionnées et entouré de gens super talentueux qui veulent être là, qui veulent travailler là.

En attente depuis mars

Tania Mélanie Marchildon explique qu’elle et ses collègues étaient déjà en stand-by depuis le mois de mars lorsque l’entreprise a annoncé la mise à pied temporaire d’une partie de ses employés. Quatre mois plus tard, l’image est un peu plus claire.

On se retrouve un peu moins dans l’incertitude. Le chapitre... la page est tournée et il faut continuer.

Tania Mélanie Marchildon, chapelière
Une chapelière porte sur la tête un chapeau.

La chapelière, Tania Mélanie Marchildon, porte l'une de ses créations.

Photo : Gracieuseté/Tania Mélanie Marchildon

Elle demeure tout de même optimiste quant à la possibilité de retourner au Cirque du Soleil. Selon elle, les spectacles devraient reprendre à un moment donné donnant lieu à une période d’embauche. Mais la grosse question : c’est quand et comment ils vont faire ça, combien de personnes ils vont réembaucher?

Tania Mélanie Marchildon voit également positivement ce temps d’arrêt. Personnellement, je le vois comme une période d’introspection, d’essayer de trouver qu’est-ce que je peux faire d’autre, qu’est-ce qui m’intéresse. Je me sens vraiment privilégiée de pouvoir prendre ce temps-là. De m’arrêter.

Pendant la saison estivale, Tania Mélanie Marchildon est de retour dans son coin de pays. Elle est présentement en isolement avec sa petite famille dans un chalet de Grand-Barachois.

Avec les renseignements d’Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi