•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce que disent les jeunes sur la COVID-19

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Ce que disent les jeunes sur la COVID-19

Rattrapage du lundi 23 mars 2020
Un garçon consulte son téléphone.

Les jeunes se préoccupent aussi de la COVID-19.

Photo : iStock

L'organisme Jeunesse, j'écoute a observé, au pays, une augmentation de 397% des conversations entre bénévoles et jeunes en lien avec la COVID-19. Depuis le 12 mars, ils reçoivent plusieurs questions et préoccupations par l'entremise d'appels téléphoniques, de textos et de messages électroniques.

La gestionnaire en marketing et communications chez Jeunesse, j’écoute, Jennifer-Kim Noël, affirme que la majorité des conversations reliées à la COVID-19 touche l’isolement. Elle souligne que la situation de certains jeunes est plus précaire que d’autres. Ceux qui sont isolés, ou ceux qui sont à la maison dans des foyers abusifs, c’est encore plus difficile, explique-t-elle.

En Atlantique, c’est à Terre-Neuve-et-Labrador où l’on constate la proportion la plus élevée de textos sur la COVID-19, selon Jennifer-Kim Noël.

Besoins de vous confier à quelqu’un?

Jeunesse, j’écoute : 1-800-668-686

https://jeunessejecoute.ca (Nouvelle fenêtre)

La COVID-19 selon des jeunes

Une jeune fille et un jeune garçon sont dos-à-dos devant la porte d'une maison.

Josiane et Nicolas Castonguay

Photo : Gracieuseté/Pascale Paulin

C’est sûr que ça m'a surpris comment la COVID-19 s’est répandu presque partout dans le monde en très peu de temps.

Nicolas Castonguay, 10 ans

C’est stressant un petit peu parce que c’est juste de ça qu’on parle tout de suite, et c’est juste ça qu’on entend partout. Pis tu sais pas combien de temps ça va durer. Tu ne peux pas voir le monde de ta famille, tu peux juste les appeler. C’est stressant un petit peu.

Josiane Castonguay, 10 ans
Deux jeunes enfants sont debout dans la neige.

Dawi et Zaya Morais Boudreau

Photo : Gracieuseté/Annie Morais Boudreau

Pour le moment, je pense que le gouvernement est en train de régler ça. J’essaie de ne pas trop penser à ça. Continuer tout ça que je fais habituellement.

Zaya Morais Boudreau, 11 ans

J’suis stressé le soir avant de dormir. Souvent j’ai de la misère à dormir parce que je suis stressé pour ma mémère. parce que je sais que c’est dangereux pour eux.

Dawi Morais Boudreau, 9 ans

D'après le reportage d'Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi