•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les groupes d’entraide COVID-19 se multiplient sur Facebook

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Les groupes d’entraide COVID-19 se multiplient sur Facebook

Rattrapage du mardi 17 mars 2020
Demande d'amitié sur l'application mobile de Facebook.

Les groupes d'entraide liés aux mesures de confinement de la COVID-19 sont nombreux au Canada.

Photo : iStock / Jayson Photography

À l'heure des confinements liés à la COVID-19, un mouvement communautaire prend forme sur les médias sociaux. Au Canada, plus de 35 groupes d'entraide ont été créés sur Facebook, dont plusieurs dans les provinces maritimes.

L’infirmière, Karine Basque, est derrière un groupe Facebook de la région de Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Comme plusieurs, elle avoue s’être sentie dépassée par les événements. Je me suis dit que c’était un bon moment de montrer que les gens ne sont pas juste capables de se bousculer au Costco et dévaliser les magasins. C’était le temps de montrer le côté de l’humain qui peut être beau, ajoute celle qui travaille à l’hôpital régional Dr Everett Chalmers.

Une femme est debout devant une lampe et sourit.

Karine Basque

Photo : Gracieuseté/Karine Basque

Karine Basque fait elle-même le tri de l’information publiée sur le groupe Fredericton entraide communautaire Covid-19. Elle souligne que son groupe Facebook n’est pas un groupe d’information au sujet du coronavirus. Je veux qu’on parle des services, des marchands locaux qui offrent de livrer leurs produits, des spectacles sur le Web, de la méditation.

Un homme de Moncton a lui aussi créé un groupe d’entraide sur Facebook. Simon Dubé affirme qu’il a eu l’idée de créer Moncton Covid - réseau d’entraide en voyant que les services de livraison aidaient beaucoup les gens en Chine.

On est pris chez soi, l’idée ce n’est pas de sortir de la maison. C’est une manière d’éviter que les gens [démontrant des symptômes] se disent: Ah bof, je vais sortir.

Simon Dubé
Simon Dubé.

Simon Dubé

Photo : Radio-Canada

Des groupes semblables à ceux offerts au Nouveau-Brunswick existent aussi à Halifax et dans la vallée d’Annapolis, en Nouvelle-Écosse.

D'après le reportage d'Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi