•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le braille à l’ère des nouvelles technologies

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

Le braille à l’ère des nouvelles technologies

Audio fil du lundi 7 octobre 2019
Trois femmes regardent une affiche sur laquelle est imprimé du braille.

La bibliothèque publique de Moncton propose un jeu de mots cachés pour mieux connaître le braille.

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Robinson

La bibliothèque publique de Moncton profite de la journée mondiale de la vision, le 10 octobre, pour présenter le braille d'une façon amusante.

Un immense jeu de mots cachés en braille permet aux gens voyants de mieux comprendre ce système d’écriture tactile.

La bibliothécaire, Miriam Chiasson, a conçu ce jeu dans le but de mettre en valeur les services d’adaptation offerts à la bibliothèque publique de Moncton. Certains mots en vedette dans ce jeu sont des outils ou services. C’est le cas pour le Merlin, ce téléagrandisseur qui agrandit les textes pour les personnes malvoyantes.

Elle souligne que la bibliothèque a plusieurs services pour les gens ayant un handicap visuel.

Il y a de la demande pour tous nos services adaptés. Ce qui est important, ce n’est pas nécessairement le volume de gens qui en ont besoin. C’est que ce soit disponible pour les gens qui en ont besoin, quand ils en ont besoin, explique la bibliothécaire, Miriam Chiasson.

Le déclin du braille

Natalie Fougère est non-voyante. Elle affirme que le braille est de moins en moins utilisé avec l’arrivée de la technologie. Les applications mobiles et les logiciels audio sont plus nombreux sur le marché.

Deux femmes assises discutent entre elles.

Anne-Marie Parenteau a rencontré Natalie Fougère à la bibliothèque publique de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Emmanuelle Robinson

Selon elle, l’accessibilité et le caractère moins volumineux de ces technologies jouent pour beaucoup. Tu peux lire des livres qui sont audio. C’est très facile de les lire sur d’autres équipements qui sont beaucoup moins volumineux tandis qu’un livre en braille, ça peut prendre comme 16 volumes. Seize livres (en braille) pour faire un livre, explique Natalie Fougère.

Même si la technologie vient faciliter le quotidien des non-voyants ou des malvoyants, le braille aide encore beaucoup.

Encore la semaine dernière, j’étais dans un hôtel et il y avait du braille sur les portes. Ça aide beaucoup dans les ascenseurs et des choses comme ça

Natalie Fougère

Selon Natalie Fougère, il est important que les jeunes aux prises avec des défis visuels apprennent le braille. Elle souligne que c’est la seule façon de savoir comment les mots sont écrits.

D’après le reportage d’Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi