Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Amélie Gosselin
Audio fil du mardi 3 septembre 2019

Le fermier louisianais derrière la chanson « Travailler c'est trop dur »

Publié le

Zachary Richard tient la pochette de la compilation.
Zachary Richard est l'un des collaborateurs de la compilation The Lyrical Legacy of Caesar Vincent, lancée en 2018.   Photo : Radio-Canada / Anne-Marie Parenteau

Des chanteurs de renom tels que Zachary Richard et Julien Clerc ont popularisé la chanson Travailler c'est trop dur, mais c'est un Louisianais du nom de Caesar Vincent qui est « la source originale » de cette chanson.

Une compilation, The Lyrical Legacy of Caesar Vincent, lancée en 2018, rend hommage à cet homme et aux nombreuses chansons du folklore français et louisianais qu’il chantait.

Le folkloriste cadien et professeur à l’Université de Louisiane à Lafayette, Barry Jean Ancelet, soutient que le nom de Caesar Vincent lui était connu surtout en ce qui concerne son rôle dans la transmission de la chanson Travailler c’est trop dur. Mais il avoue que c’est dans un café de Lafayette, alors qu’il rencontre le neveu de Caesar Vincent, qu’il découvre l’ampleur du répertoire de l’homme.

J’ai commencé à fouiller dans les archives et j’ai trouvé 44 chansons y compris Travailler c’est trop dur. J’ai commencé à m’apercevoir que c’était des vieilles chansons, des anciennes chansons, explique Barry Jean Ancelet.

Sur les 44 chansons, j’en ai retracé une trentaine au Moyen Âge français. C’était dans la mémoire de ce fermier qui chantait ça parce qu’il aimait chanter

Barry Jean Ancelet, folkloriste cadien et professeur à l’Université de Louisiane à Lafayette

Qui était Caesar Vincent?

Selon Barry Jean Ancelet, Caesar Vincent a connu, au début du 20 ième siècle, une certaine popularité, mais avec l’arrivée des médias, des disques, de la radio et de la culture importée à travers les ondes les vieilles chansons du chanteur passaient comparativement aux nouveautés musicales.

Photographie de Caesar Vincent.
La pochette de la compilation The Lyrical Legacy of Caesar Vincent comprend une photo de celui qui est la «source originale» de plusieurs chansons du folklore français et louisianais. Photo : Radio-Canada/Emmanuelle Robinson

Barry Jean Ancelet souligne d’ailleurs qu’après la Deuxième Guerre mondiale personne ne voulait entendre ses vieilles affaires.

Il raconte que ce fermier louisianais, qui n’a jamais eu de voiture ni de télévision, se promenait à pied ou à cheval. L’apercevant de loin, les gens choisissaient de l’éviter sachant qu’il allait se mettre à chanter ses vieilles affaires.

Aujourd’hui, des artistes connus de la musique cadienne contemporaine en Louisiane reprennent ses chansons.

Caesar Vincent est mort en 1970 à l’âge de 87 ans.

La renaissance culturelle a commencé juste après sa mort. S’il avait vécu un autre cinq ans, il serait devenu un héros

Barry Jean Ancelet, folkloriste cadien et professeur à l’Université de Louisiane à Lafayette

La version de Zachary Richard

Zachary Richard a d’abord découvert la chanson Travailler c’est trop dur lorsqu’il était en tournée en France.

Ça m’a surpris d’abord de savoir la provenance que j’ignorais et en plus d’entendre la chanson dans son état cru.

Zachary Richard

Il affirme que sa version de la chanson était un blues, une complainte. J’exprimais la souffrance, vraiment au premier degré, explique-t-il.

Zachary Richard se souvient que Julien Clerc l’avait vu interpréter cette chanson à Paris et que le chanteur français lui avait alors demandé s’il pouvait enregistrer la chanson. Clerc a rendu la chanson pour qu’elle devienne une espèce d’hymne des fainéants et encore, c’est ça qui a résonné chez le public français, c’était justement cet hymne à la paresse tandis que moi j’ai chanté ça vraiment au premier degré et c’était une complainte, ajoute-t-il.

D'après les informations d'Anne-Marie Parenteau

Chargement en cours