•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'art pour rapprocher les cultures anglophones, acadiennes et autochtones

L'heure de pointe - Acadie

Avec Amélie Gosselin

En semaine de 16 h à 18 h,
16 h 30 à 18 h 30 à T.-N.-L.

L'art pour rapprocher les cultures anglophones, acadiennes et autochtones

Audio fil du lundi 16 septembre 2019
Les artistes Indigo Rain Poirier, Nicole Haché, et Tara Francis posent lors du vernissage de l'expositon «entre croiser, lacer, lier» au centre des arts de St-Jean

Les artistes Indigo Rain Poirier, Nicole Haché, et Tara Francis, ont participé à une résidence de création interculturelle. Elles sont accompagnées des commissaires de l'exposition «entre croiser, lacer, lier» Emma Hassencahl Perley, Erin Goodine et Émilie Grace Lavoie.

Photo : Danielle Hogan

L'exposition Elisgenooasig, Entre : Croiser, Lacer, Lier, regroupe le travail des artistes Tara Francis, Nicole Haché et Indigo Rain Poirier. Ensemble, elles ont sillonné les communautés de Caraquet, Saint-Jean, et la première nation de Metepenagiag près de Miramichi.

Cette résidence de création interculturelle avait pour mission de non seulement rapprocher les artistes des différentes communautés de la province, mais aussi de favoriser le rapprochement entre le public et l'art.

L'Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB), ArtsLink NB et Mawi'art: Wabanaki Artist Collective sont à l'origine du projet.

L'artiste Nicole Haché s'est rendue dans des endroits publics comme des cafés, pour photographier une vingtaine de citoyens des trois communautés visitées.

Le résultat se retrouve sur de grandes bannières de tissus transparents où on aperçoit les silhouettes de ces personnes.

L'artiste qui a une formation en laboratoire médical a décidé de juxtaposer des formes de cellules humaines sur les silhouettes.

C'est pour démontrer que nous sommes tous pareils même si nous avons tous nos histoires; acadiens, autochtones, anglophones explique-t-elle.

L'artiste Nicole Haché de Caraquet a créé des oeuvres grand format sur tissus où on y voit des ombres des participants qu'elle a interviewé lors d'une résidence de création.

Les oeuvres de l'artiste Nicole Haché de Caraquet dans le cadre de l'exposition «Entre croiser, lacer, lier».

Photo : Nicole Haché

Pour l'artiste anglophone et autochtone Indigo Rain Poirier, musicienne électronique de la Première Nation de Kingsclear, le travail consistait à enregistrer des sons de la rue ou de la nature, ainsi qu'interviewer des gens des trois communautés.

Elle a par la suite intégré ces explorations sonores à sa musique.

Tara Francis, artiste de descendance Mi'kmaq de la première nation Elsipogtog, quant à elle, a travaillé la broderie avec des pics de porc-épic.

Suivant le concept des 13 lunes, significatif dans la culture autochtone, elle a créé une tortue avec 13 broderies formant les morceaux de la carapace.

C'est plus qu'un projet artistique ou culturel. Pour ma part ça m'a permis d'aller plus en profondeur dans l'histoire autochtone, leur intériorité, leur vécu. Comment ils vivent dans un monde contemporain

Nicole Haché

L'exposition Entre lacer, croiser, lier sera exposée jusqu'au 25 octobre 2019 au Centre des arts de Saint-Jean. Elle se rendra au Metapenagiag Heritage Park en novembre 2019, à la Galerie Sans Nom à Moncton en janvier 2020 et à la Galerie Bernard-Jean de Caraquet en mars 2020.

D'après le reportage d'Anne-Marie Parenteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi