Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Xavier Lacroix, L'heure de l'Est
Audio fil du vendredi 12 avril 2019

Près de 5,5 M$ pour encourager l’innovation liée au champignon à Biopterre

Publié le

Laboratoire en biotechnologies
Travail en laboratoire   Photo : Radio-Canada / Archives

Le Cégep de La Pocatière et son centre collégial de transfert de technologie Biopterre obtiennent un financement de 5,45 millions de dollars pour mettre en place le Regroupement pour l'innovation fongique, dans le but de développer et d'intégrer les mycotechnologies dans les produits et les procédés industriels.

Biopterre, qui emploie une trentaine de personnes, souhaite ainsi servir de levier notamment pour de jeunes entreprises qui veulent utiliser les mycotechnologies, s’intéressant aux propriétés multiples des champignons.

Pour la mise en place du Regroupement pour l'innovation fongique, Biopterre a bénéficié du soutien de la communauté et d’une dizaine d’entreprises à la hauteur de 1,95 million de dollars, en plus d’une aide de 2 millions de dollars de la part du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).

On a tout une équipe qui est très très aguerrie.

Agathe Vialle, directrice scientifique de Biopterre

La directrice scientifique de Biopterre explique que de nombreux secteurs peuvent bénéficier des mycotechnologies :

On retrouve par exemple des styromousses qui sont 100 % biodégradables qui sont formés de champignons et de biomasse résiduelle, de copeaux de bois ou de copeaux agricoles, on retrouve aussi des panneaux acoustiques, des panneaux isolants pour la construction, il y a des cuirs 100 % véganes qui ont été développés en utilisant des champignons, il y a aussi la production de molécules pharmaceutiques, la production de certains nouveaux solvants verts pour traiter le bois, ou encore […] [on peut] les utiliser pour leur capacité de dégradation des polluants, comme dégrader des hydrocarbures, énumère Mme Vialle.

Agathe Vialle, directrice scientifique à Biopterre
Agathe Vialle, directrice scientifique à Biopterre Photo : Radio-Canada/Archives

Le volet développement d’infrastructures de recherche obtient à lui seul 1,5 million de dollars, financé par la Fondation canadienne pour l’innovation, le ministère de l’Économie et de l’Innovation et Développement économique Canada pour les régions du Québec.

Au niveau de la recherche et du développement de l’ingénierie, ça a beaucoup évolué dans les dernières années, à l’extérieur du Canada, plus particulièrement en Asie, il y a toute une expertise qui s’est développée. […] [On s’est dit] pourquoi pas chez nous, après tout, on manipule très bien les champignons chez Biopterre, donc let’s go, allons-y.

Agathe Vialle explique que le projet de Biopterre intègre tout un aspect de formation avec le Cégep de La Pocatière, en plus d’une programmation de recherche et de transfert de technologies : donc vraiment pour aller développer de nouveaux produits, de nouveaux procédés et les transférer en industrie ou aider de jeunes industries naissantes à développer leur marché autour de cette technologie.

Une usine pilote sera également mise sur pied pour développer des mycoproduits et des mycoprocédés.

Un réseau de collaboration entre chercheurs partout au Canada sera instauré pour accélérer le mouvement d’innovation, affirme la directrice scientifique de Biopterre.

Chargement en cours