•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse de 15 % des quotas de crabe des neiges dans la zone 17

L'heure de l'Est

Cette émission n'est plus à l'antenne

Baisse de 15 % des quotas de crabe des neiges dans la zone 17

Audio fil du vendredi 22 mars 2019
Des crabes des neiges dans un bac.

Des crabes des neiges.

Photo : Radio-Canada

Les pêcheurs de crabe de la zone 17 voient leur quota amputé de 15 % cette année, eux qui prendront le large à 5 h le 27 mars.

Le couvert de glace est suffisamment fondu pour que Pêches et Océans Canada autorise les pêcheurs à aller en mer.

La zone 17 couvre un territoire allant de Trois-Pistoles jusqu’à Rivière-à-Claude.

La décision est justifiée. La décision ne se prend pas en l’air, si on peut dire, ça dépend toujours des débarquements de l’année d’avant. On a un post-saison, on a de la révision des pairs avec l’Institut Maurice-Lamontagne on a beaucoup de discussions, précise René Landry, président de l’Association des pêcheurs de crabe de la zone 17.

Il est photographié près du logo de Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

René Landry est passé à la station de Radio-Canada pour accorder une entrevue.

Photo : Radio-Canada / Sandra Fillion

On aurait peut-être pu avoir moins 10 %, mais on est mieux d’y aller de prudence. Peut-être l’an prochain on verra, mais on est mieux de prévenir que de guérir.

René Landry, président de l’Association des pêcheurs de crabe de la zone 17
Des pinces de crabe des neigesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En vedette, un fruit de la mer de chez nous, qui marque l’arrivée du printemps : le crabe des neiges.

Photo : Radio-Canada

Cette pêche est marquée par des cycles. Les trois dernières années, c’était des augmentations, la dernière, c’était 25 %, l’autre avant aussi, c’était justifié, la ressource était là, note René Landry.

Il y a beaucoup de personnes qui disent : "Le ministère de Pêches et Océans vous impose des baisses", ce n’est pas ça, il y a beaucoup de discussions, nuance René Landry. Il y a des discussions franches. Des fois les scientifiques ne voient pas la même chose. Moi, des fois sur le terrain, je vois autrement, mais on finit toujours par s’entendre.

Pour René Landry, cette baisse ne devrait pas avoir d’influence sur les prix. On n’a pas beaucoup d’influence, analyse René Landry. On a un quota global de 2230 tonnes cette année. Ce qui se prend au Québec, au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve, je n’ai pas les chiffres exacts, mais on parle d’au-dessus de 100 000 tonnes.

René Landry et des bateaux!Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président de l'Association des pêcheurs de crabe de la zone 17, René Landry

Photo : Radio-Canada

À l’heure actuelle sur les marchés américains et en Chine, il y a plus de demande que d’offre, indique René Landry. Il y a eu des grosses baisses de quota du côté de l’Alaska, même cette année à Terre-Neuve il y a des baisses de quota assez importantes. Il y a en Russie que l’on n’a pas les chiffres exacts, mais il y a des baisses aussi. Ça fait que quand il y a plus de demande que d’offre, ça amène des prix à la hausse.

Selon René Landry, il pourrait y avoir une petite hausse des prix dans les poissonneries.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !