Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L’autre midi à la table d’à côté
Audio fil du samedi 22 décembre 2018

Lise Dion et Isabelle Boulay, du cœur au ventre

Publié le

Les deux femmes sourient à la caméra
Lise Dion et Isabelle Boulay   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

La persévérance et la force de caractère pour surmonter les épreuves sont au cœur des vies de Lise Dion et d'Isabelle Boulay. En racontant leur parcours singulier, ces deux femmes démontrent que des notions universelles traversent leur existence. Ce qui explique en partie pourquoi ces deux artistes obtiennent tant d'amour du public.

Avant de devenir mère, Lise Dion dit avoir souffert d’intimidation constante, notamment par rapport à son poids. Elle a aussi été victime de violence conjugale.

« J’ai été une fille qui ne se défendait pas. J’en ai perdu du temps dans ma vie à pleurer », raconte l'humoriste. Toutefois, dès que son premier enfant est né, elle s’est découvert une force qu’elle ne soupçonnait pas.

L’humoriste n’a repris contact avec sa mère biologique que quelques années avant que celle-ci meurt. Malgré le lien recréé avec sa génitrice, Lise Dion était toujours présentée comme sa nièce, et non pas comme sa fille. Ce qui s'est avéré être un grand traumatisme pour l’humoriste.

Du cran à revendre

De son côté, Isabelle Boulay a passé les premières années de sa vie au resto-bar de la famille. La petite Isabelle se réfugiait souvent dans l’appartement de sa grand-mère, « une maison d’Hansel et Gretel, pleine de bonbons, mais sans la sorcière ».

Elle a appris rapidement à ne pas s’en laisser imposer dans la vie. « Je suis petite physiquement, mais je suis maligne. Ça me vient de mes parents. Leur restaurant était le refuge de tous. J’ai été en contact très tôt dans ma vie avec la misère humaine », explique-t-elle.

La chanteuse relate un événement grave qui a chamboulé la vie familiale. Un soir d’hiver, son père a subi un grave accident de la route. Huit mois d’hospitalisation ont été nécessaires à sa remise sur pied.

« Quand il est revenu de son long séjour à l’hôpital, il avait changé. On n’avait plus le droit de rire, de s’amuser. C’est comme si toute la tristesse de sa vie était remontée à la surface. »

Cette situation a déclenché quelques mécanismes de protection chez la jeune femme qui aspirait à devenir une chanteuse professionnelle.

« J’ai mis ma rage de vivre au sujet de mon père au service de ma création », dit-elle pour expliquer sa colère de voir son père incapable de composer avec la vie.

Chargement en cours