•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc Labrèche et Richard Martineau, ce duo improbable

L'autre midi à la table d'à côté

Du 7 décembre 2019 au 5 janvier 2020
le samedi de 11 h à midi
(en rediffusion le dimanche à 16 h)

Marc Labrèche et Richard Martineau, ce duo improbable

Les deux personnalités publiques posent ensemble en riant.

Richard Martineau et Marc Labrèche

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

C'est avec beaucoup d'humour et de tendresse que Richard Martineau et Marc Labrèche se livrent sur leur passé, leurs craintes et leurs convictions. Tour à tour, ils laissent tomber leur masque de chroniqueur et d'humoriste et se questionnent sur des sujets tels que leur enfance, la religion, la liberté d'expression et la mort.

La discussion entre les deux hommes commence naturellement par l’enfance. Après que Marc Labrèche eut raconté la séparation de ses parents lorsqu’il était enfant, Richard Martineau avoue que sa propre séparation avec la mère de ses deux filles a été un élément douloureux dans sa vie. « Moi, mes parents sont encore ensemble, mais j’ai fait subir ça à mes deux filles. C’était dur […] C’est une bombe atomique que tu fais éclater dans la vie de tes enfants. J’ai fait vivre à enfants quelque chose de dur. Tu les vois rien qu’une semaine sur deux, tu les [reconduis] puis tu pleures tout le long en revenant chez toi. »

« Tu es sensible Richard, un vrai sensible… On ne sait pas ça de toi! », s’exclame spontanément Marc Labrèche à l’adresse de Richard Martineau, à qui l’on reproche très souvent d’être acerbe.

« Je suis un homard. Si j’ai une grosse carapace, c’est que je suis extrêmement sensible », avoue le chroniqueur, qui souligne au passage qu’il a grandi dans un milieu difficile.

Souvent accusé d’être provocateur et de droite, Richard Martineau revendique pourtant son identité de gauche. « Je me considère encore beaucoup comme un gars de gauche! C’est la gauche qui a changé, c’est [elle] qui m’a abandonné. Je suis de droite au niveau économique. Mais au point de vue de toutes les valeurs sociales, je suis à gauche. Je ne me reconnais pas dans cette gauche [d’aujourd’hui]. Marc Labrèche, qui a découvert Richard Martineau à l’époque où le chroniqueur écrivait pour le Voir, avoue de son côté qu’il se demande pourquoi Richard Martineau est devenu aussi provocateur avec le temps. »

« En fait, il n’y a personne qui doute de ton intelligence, tu es sensible, tu es intelligent, tu es brillant, tu as une façon très personnelle de voir les choses, il n'y a personne qui remet en doute ton intelligence et ta lucidité à plein d’égards, mais à d’autres moments, on a l’impression que tu es devenu une caricature de toi-même », admet Marc Labrèche. Pour Richard Martineau, il y a une partie spectacle dans ses chroniques, et c’est probablement pourquoi elles provoquent autant. « Si les gens me connaissaient, ils voudraient tous être mes amis! »

La religion

Cette discussion autour du travail de Richard Martineau bascule rapidement dans le rapport que ce dernier entretient avec la religion. « Je suis profondément allergique aux religions. La religion, on l’a sortie par la porte d’en avant et elle est revenue par la porte d’en arrière […] Ceux qui voulaient interdire les pièces de théâtre à l’époque, c’était la droite religieuse qui était devant les théâtres, et aujourd’hui, c’est la petite gaugauche multiculturaliste; elle a remplacé les curés! » Marc Labrèche n’est pas d’accord avec la démarche de Richard Martineau. Admettant qu’il a effectivement moins de liberté qu’il en avait il y a 15 ans lorsqu’il prépare des sketches, l’humoriste et acteur pense néanmoins que cela lui permet, aujourd’hui, de ne pas heurter certaines sensibilités, et que c’est tant mieux ainsi. « J’ai fait [à quelques occasions] du blackface dans le passé. Je ne le referais pas aujourd’hui, et je comprends très bien pourquoi. » Selon lui, il y a toujours une possibilité de faire rire et de passer un message autrement qu’en choquant.

Assis à une table, les deux hommes échangent.

Richard Martineau et Marc Labrèche discutent.

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Vieillir et… mourir

Même si les deux hommes ne sont pas enchantés par l’idée de vieillir, ils avouent que vieillir leur a permis de devenir plus sages. « Tu es plus calme, tu as moins besoin de [faire tes preuves]. La première moitié de ta vie, tu donnes des coups de pied au cul, et la deuxième partie, tu en reçois. C’est ça la vie! », explique Richard Martineau. De son côté, Marc Labrèche essaie de se concentrer sur les aspects positifs du vieillissement.

« Moi je suis obsédé par la mort. Je trouve que c’est un scandale. J’ai une date de péremption dans le dos. C’est quoi, ce cadeau-là qu’on nous a donné de savoir qu’on va mourir? Ça m’angoisse! », dit Richard Martineau. Marc Labrèche craint davantage la mort et la souffrance de ses proches, des gens qu’il aime. « Je ne peux pas imaginer; mes enfants, ma blonde… »

Chassez le naturel, il revient au galop; Marc Labrèche ne peut s’empêcher de terminer la discussion sur une note d’humour. « Moi, probablement que la dernière image que je vais avoir avant d’aller rejoindre Jésus, c’est toi, Richard, qui me tends les bras dans une lumière blanche… avec une burqa! Ça, c’est très bien. »

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi