Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

L’autre midi à la table d’à côté
Audio fil du samedi 10 août 2019

Sébastien Kfoury et Rosalie Vaillancourt : s'organiser quand on est désorganisé

Publié le

Les deux invités posent à la table avec un verre de vin à la main.
Le vétérinaire Sébastien Kfoury et l'humoriste Rosalie Vaillancourt   Photo : Radio-Canada / Christian Côté

Sébastien Kfoury et Rosalie Vaillancourt aiment tous les deux la compagnie des animaux. Autour d'un repas et d'une bouteille de vin, le vétérinaire et l'humoriste discutent de leur enfance, de leur métier respectif et, surtout, de la vie lorsque l'on a un esprit qui vagabonde dans mille et une directions.

La mère de Rosalie Vaillancourt est vétérinaire pathologiste. Quand j’étais petite, elle me montrait ses photos de biopsie, raconte-t-elle. Je mangeais des sandwiches en regardant des vaches s'ouvrir.

De son côté, Sébastien Kfoury a toujours aimé être entouré d’animaux. Ma mère nous emmenait dans des fermes. On avait des amis qui avaient des moutons et je passais l’après-midi dans la bergerie. 

C’est peut-être pour ça que je suis allé en médecine vétérinaire, parce que je voulais côtoyer des animaux et que je n’en avais pas à la maison.

Sébastien Kfoury, vétérinaire

Être humoriste avec le TDAH

L’animateur de l’émission Les poilus ne semble pas désarçonné par l’esprit vif et désorganisé de son interlocutrice, dont le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) a été diagnostiqué quand elle avait 7 ou 8 ans.

Seule dans sa famille à avoir de la difficulté à l’école, Rosalie Vaillancourt allait jusqu’à oublier de se présenter à ses examens au cégep. À 26 ans, elle prend toujours du Ritalin quelques fois par semaine pour parvenir à se concentrer sur des tâches quotidiennes, comme faire son lavage ou organiser ses factures.

Maintenant, je dédramatise ça. J’en parle sur scène et ça me fait du bien, dit-elle.

Mes textes sont écrits de façon à refléter le TDAH. Je vais commencer par parler de mon chien, pis après ça, des photos que j’ai reçues sur Instagram, pis après ça, je vais revenir à mon chien.

Rosalie Vaillancourt, humoriste

Dans le fond, c'est ça qui est drôle. […]Tu surprends quelqu’un parce que tu t'en allais à droite, mais que finalement, boum, tu tournes à gauche. C’est ça que je trouve drôle chez toi, analyse Sébastien Kfoury.

Il faut dire que le vétérinaire de presque 44 ans se reconnaît quand la jeune humoriste décrit ses journées désorganisées. Je vais aller me faire tester [pour le TDAH] après notre rencontre, blague-t-il.

Élever son chien ou des enfants

Quand Rosalie Vaillancourt affirme qu’elle a un problème parce qu’elle « capote » sur Chantal, son chien, Sébastien Kfoury l’arrête tout de suite.

Les gens qui n’ont pas d’animaux ne comprennent pas c’est quoi en avoir , rétorque-t-il.

Père d'un garçon de 15 ans et une fille de 12 ans, il croit fermement qu’avoir un chien, c’est un peu comme élever un enfant. Il faut que tu sois constant, il faut que tu fasses du renforcement positif et tu dois l’ignorer ou faire du renforcement négatif quand il fait une mauvaise chose, illustre-t-il.

Toutefois, aimer les animaux ne suffit pas pour devenir vétérinaire, selon lui. Tu es là pour sauver des animaux, mais plein de fois, tu ne peux pas, juste parce que les gens ne peuvent pas financièrement ou qu'ils ne veulent pas tu le fasses. […] Tu es souvent heurté à des refus de traitement.

Chargement en cours