•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'actuel

Avec Marie-Gabrielle Ménard

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Le métier de météorologue a surpris et a séduit Dale Marciski

Rattrapage du jeudi 15 octobre 2020
Dale Marciski a Calgary pour les Jeux olympiques de 1988

Dale Marciski a Calgary pour les Jeux olympiques de 1988

Photo : Dale Marciski

« Notre parcours de la vie n'est pas toujours déterminé d'avance, parfois c'est quelque chose qui nous prend un peu par surprise. » (Dale Marciski)

Au début Dale devait passer qu'un an à Environnement Canada. L'agence fédérale cherchait des candidats pour devenir observateurs météorologiques dans des stations isolées du Nord. La chance de gagner un peu d'argent, tout en découvrant un peu de pays, avant de retourner aux études universitaires l'avaient séduite. La vie, cependant, avait d'autres projets : ce n'était que le début d'une longue carrière.

Ses connaissances du métier, Dale a pu les mettre au profit de sa communauté et de son pays, à l'extérieur du bureau de prévisions météorologiques. Une des expériences de vie qu'il n'oubliera jamais est sa participation aux Jeux olympiques de Calgary en 1988.

Parce que les conditions météorologiques sont tellement importantes pour le déroulement des Jeux olympiques, surtout en hiver, Environnement Canada avait développé un nouveau bureau météorologique spécialement dédié aux Jeux olympiques… Moi, j'étais plutôt là pour la communication, on a fait une formation et ensuite on a été envoyé à Calgary et j'ai participé presque tous les jours aux réunions d'athlètes et entraîneurs pour donner de l'information pour leurs compétitions. C'était très, très intéressant, très différent de ce que je faisais avant, mais quelque chose que je n'oublierai jamais.

Dale Marciski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi