•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vie bien remplie d’Andrée-Anne Généreux

L'actuel

Avec Marie-Gabrielle Ménard

En semaine de 15 h 30 à 18 h

La vie bien remplie d’Andrée-Anne Généreux

Rattrapage du lundi 20 juillet 2020
Andrée-Anne Généreux et ses cinq filles.

Mère de cinq filles de moins de sept ans, Andrée-Anne Généreux a un quotidien bien rempli.

Photo : Gabrielle Touchette

Ancienne nageuse d'élite, passionnée de tissus, entrepreneure et mère de cinq filles de moins de sept ans. Le quotidien n'est pas de tout repos pour Andrée-Anne Généreux, qui a développé dès l'enfance une « bonne discipline », affirme-t-elle.

À l’origine de tout, la natation, pour Andrée-Anne Généreux? C’est un peu à cause de la natation que j’ai rencontré mon mari, confie d’emblée la Winnipégoise native de Gatineau. Remarquée à l’âge de 18 ans par un recruteur américain lors d’une compétition de natation, Andrée-Anne Généreux s’installe à Las Vegas pour poursuivre sa carrière de nageuse. C’est là qu’elle fera la connaissance de celui qui deviendra le père de ses enfants.

La natation lui a aussi donné la discipline nécessaire lorsque, plus tard, elle aura cinq filles en moins de trois ans, dont des triplées identiques. Elle confie que les nombreux entraînements qui ont ponctué son quotidien dès l’âge de 12 ans lui ont donné un bon sens de l’organisation. J’ai appris jeune à être capable de fonctionner sans beaucoup de sommeil, ajoute-t-elle.

Ces capacités sont dorénavant pleinement sollicitées dans son nouveau projet, la boutique de vêtements pour enfants Triplets & Co. Ma mère m’a acheté une machine à coudre quand on a acheté notre première maison, raconte-t-elle, en décrivant comment le seul bruit d’une machine à coudre la rend heureuse.

Le toucher du tissu, ça me brise le coeur parfois.

Andrée-Anne Généreux

Celle qui dit aimer se plonger dans les textures des fibres naturelles et les couleurs sans produits chimiques a même trouvé une façon de valoriser ses retailles. Il faut réapprendre notre consommation, lance-t-elle à propos de la compétition, forcément inégale, avec les grandes bannières.

Confiante, elle souligne que les gens vivent une expérience de consommation bonifiée lorsqu’ils peuvent rencontrer l’artisan et échanger avec lui à propos des matières utilisées et des méthodes de fabrication.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi