•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Le travail social mélangé avec l'économie » guide la vision de Denis Rémillard

L'actuel

Avec Marie-Gabrielle Ménard

En semaine de 15 h 30 à 18 h

« Le travail social mélangé avec l'économie » guide la vision de Denis Rémillard

Rattrapage du mardi 23 juin 2020
Un homme au visage souriant et ses mains touchent une plante de tomates très proche de lui

Denis Rémillard, agriculteur et fondateur des Jardins St-Léon

Photo : Gracieuseté de Colin Rémillard

« Ma grosse récolte cette année ça va être de l'ail », puis une grande récolte de tomates. Il y a du basilic et même des fleurs pour accompagner les plats. Tels sont quelques produits du jardin de Denis Rémillard dans le quartier de Saint-Boniface à Winnipeg. La passion de la culture des jardins et dans les serres a pris racine dès le jeune âge de Denis Rémillard, ancien copropriétaire des Jardins St-Léon.

Ce qui avait commencé comme une compétition communautaire a abouti à la naissance des Jardins St-Léon bien connus à Winnipeg. La compétition réunissait les jeunes de Fort Garry et de Saint-Norbert au Manitoba. Le jeune Denis Rémillard avait ainsi commencé un jardin avec ses parents et la récolte était si bonne qu'il fallait en découler une partie sur le marché. Avec un petit chariot, je me suis promené sur la rue et puis j'allais de porte-à-porte pour vendre ma marchandise quand j'avais 10, 12 ans, se remémore-t-il.

Lors de ses études au Petit séminaire de Saint-Boniface, M. Rémillard a été marqué par un environnement de travail social mélangé un petit peu avec l'économie. Cette influence a toujours orienté son entrepreneuriat.

Je me lève à 22 ans à Saint-Léon, je me dis : "Tiens, il y a plusieurs jeunes qui faisaient rien autour ". Je me dis bien : "J'aimerais, peut-être, faire du jardinage ou une serre, parce que j'ai toujours aimé ça, et mélanger ça avec un peu d'action sociale, socio-économique, dans le coin".

Denis Rémillard

Actuellement propriétaire de son propre jardin urbain, M. Rémillard souhaite que la Ville soutienne le développement de petites fermes à Winnipeg. D'après lui, l'agriculture urbaine coûte cher compte tenu des taxes élevées sur une petite étendue de terre. Vous êtes limités comme espace, alors il faut vraiment faire un effort d'intensifier la culture avec du terrain très réservé, fait-il remarquer. Il pense que la production urbaine pourrait être une mesure préventive en cas de limite d'accès aux produits venant de grands fermiers.

M. Rémillard garde les portes de son jardin ouvertes au public : Venez cogner à la porte, à la clôture, on va être trop fier de vous montrer ce qu'on fait.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi