•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Polémique raciale aux États-Unis : perspective de Bathélémy Bolivar

L'actuel

Avec Marie-Gabrielle Ménard

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Polémique raciale aux États-Unis : perspective de Bathélémy Bolivar

Rattrapage du vendredi 29 mai 2020
Un homme souriant

Bathelémy Bolivar, éducateur et poète d'origine haïtienne vivant au Manitoba

Photo : Radio-Canada

« On parle de meurtre involontaire, je ne peux pas comprendre », Bathelémy Bolivar, éducateur et poète d'origine haïtienne vivant au Manitoba ne s'explique pas comment un policier, « censé être bien formé et qui sait c'est quoi empêcher à quelqu'un de respirer », peut avoir ses actes criminels jugés involontaires. M. Bolivar donne son opinion sur la mort de George Floyd, un homme noir, succombé à l'arrestation brutale par un policier à Minneapolis lundi.

D'après M. Bolivar, les populations minoritaires au Canada ne rencontrent pas les mêmes défis liés à la ségrégation et au racisme. Tout dépend de là où ils habitent même si à travers le Canada, quand même en moyenne, ce n'est pas fameux, soutient-il.

Je pense que, dans un certain sens, il y a des provinces qui sont plus en regard que les autres au Canada. Quand on parle de racisme systémique, c'est quand même rendu au niveau institutionnel. Donc, c'est plus que les faits de tous les jours, c'est plus que la brutalité policière, c'est l'accès aux opportunités, c'est l'accès à des emplois décents, c'est l'accès aussi à une éducation de qualité, etc.

Bathelémy Bolivar, éducateur et poète d'origine haïtienne

La scène de la mort de George Floyd a beaucoup bouleversé M. Bolivar qui considère qu'il s'agit d'un meurtre collectif, c'est de l'assassinat, en plein jour, compte tenu de la présence des autres policiers qui veillaient à ce que M. Floyd ne puisse bouger son coup.

M. Bolivar croit au mieux vivre ensemble, mais il va falloir faire des efforts énormes pour rectifier le tir. Il ajoute que cela prendrait beaucoup de temps étant donné que, d'après lui, même le système judiciaire américain doit se corriger aussi.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi