•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'actuel

Avec Marie-Gabrielle Ménard

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Persécutée pour ses convictions religieuses

Audio fil du mardi 26 mars 2019
Afsoon Houshidari, avocate et raconteuse, est au Musée Canadien des droits de la personne à Winnipeg

Afsoon Houshidari, avocate et raconteuse, est au Musée Canadien des droits de la personne à Winnipeg

Photo : Photo credit: Zachary David

Le Musée canadien pour les droits de la personne présentait cette semaine : une allocution du journaliste canadien d'origine iranienne Maziar Bahari et de notre invitée, Afsoon Houshidari qui a fuit l'Iran avec sa famille alors qu'ils étaient persécutés, étant de religion Baha'i.

La foi bahá’íe est une religion monothéiste ayant comme principe, l’unité de l’humanité dans toute sa diversité (égalité de l'homme et de la femme, accès à l’éducation)

Religion née en Iran, la foi bahá’íe fera pourtant l'objet des représailles gratuites du gouvernement iranien. La révolution islamique en 1979 a démarré une vague de persécutions visant directement les personnes de confession autre que musulmane. La famille d'Afsoon, de confession bahá’íe, a été directement touchée par ces actions violentes et a dû se réfugier au Pakistan alors qu'Afsoon n'avait que trois ans.

40 ans plus tard, la situation n'a toujours pas changé en Iran. Entretemps, Afsoon a émigré au Canada et travaille aujourd'hui comme avocate. Alors qu'elle partage son témoignage sous formes de récits et de spoken word, Madame Hashoudari fait preuve d'une résilience hors-pair. Elle considère les épreuves qu'elle a vécues comme ayant été bénéfiques pour la personne qu'elle est devenue.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Afsoon Houshidari parle de la persécution religieuse en Iran

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi