•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

JS Tendresse plus

Avec Jean-Sébastien Girard

Le vendredi de 19 h à 21 h

Rattrapage du 3 juill. 2020 : Michel Louvain, Serge Denoncourt et Kevin Parent

Rattrapage

  • Michel Louvain, éternel chanteur de charme

    En 63 ans de carrière, il a survécu à l'invasion britannique, aux groupes yé-yé québécois, à Beau Dommage et à Harmonium, au disco, au rap et à Marie Mai. Il s'est appelé Mike Mitchell, Mike Poulin et Michel Poulin, pour finalement adopter le nom de Michel Louvain. « J'ai pris le nom de Louvain quand, vraiment, j'ai quitté l'orchestre de l'Hôtel Union, à Sherbrooke, en juillet 1957, pour m'installer à Montréal, et j'ai pris le nom de Louvain, qui était le nom d'un restaurant qui m'avait marqué en débarquant au terminus d'autobus. [...] Il y avait un restaurant qui s'appelait Au Louvain », raconte le chanteur.

  • Kevin Parent se souvient de Pigeon d’argile, 25 ans plus tard

    « On est dans le feu de l'action tout jeune, on a la tête baissée et on fonce. J'ai été guidé, j'ai eu ben de l'aide, j'ai eu de super bons musiciens qui m'ont entouré, et Pierre Duchesne a fait la réalisation. Je n'avais pas d'attentes », raconte Kevin Parent. En avril 1995, Pigeon d'argile, son premier album, voyait le jour. Pour célébrer les 25 ans de ce disque qui s'est écoulé à 375 000 exemplaires, une édition anniversaire en trente-trois tours vient de paraître. « C'était le fun, il y avait beaucoup de beaux moments, mais c'était rough un peu. Je n'étais pas vraiment outillé humainement, j'étais un peu immature », raconte le chanteur qui avait 23 ans à l'époque.

Vous aimerez aussi