•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’impact du confinement sur une personne atteinte de démence vasculaire

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

L’impact du confinement sur une personne atteinte de démence vasculaire

Rattrapage du lundi 18 janvier 2021
Portait du couple devant de grandes montagnes et un lac.

Paul et Huguette Ouellet

Photo : Facebook / Huguette Ouellet / Huguette Ouellet

Il y a cinq ans, Paul Ouellet a reçu un diagnostic de démence vasculaire, une maladie qui finit par ressembler fortement à l'alzheimer. En plus de surmonter les défis de la maladie, Paul et sa femme Huguette ont été séparés pendant deux mois au début de la pandémie, quand Paul fut placé dans un centre.

À ce moment-là, Mme Ouellet n’était pas encore désignée comme la personne aidante de M. Ouellet auprès de l’établissement.

J’étais toujours inquiète, je ne savais pas comment il était, comment il vivait cette période-là. C’est très difficile, parce que quand tu retournes [le visiter], tu ne sais pas s’il va te reconnaître, parce que ça fait deux mois qu’il ne t’a pas vu, raconte-t-elle.

À son soulagement, son mari l’a reconnu au moment de se retrouver en mai dernier.

Le plus important c’est de voir que lui est bien où il est. Je ne dirais pas heureux, mais bien. … Aujourd’hui il me disait “J’aime ça quand tu es avec moi, car tu me démêles.” Il y a encore une petite sérénité qui est là.

Huguette Ouellet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !