•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan de 2020 avec le recteur de l’Université Laurentienne, Robert Haché

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Bilan de 2020 avec le recteur de l’Université Laurentienne, Robert Haché

Rattrapage du jeudi 17 décembre 2020
Robert Haché devant une grande table dans une salle de réunion

Le recteur et vice-chancelier de l'Université Laurentienne, Robert Haché.

Photo : Université Laurentienne

Le recteur de l'Université Laurentienne, Robert Haché fait le bilan de la dernière année mouvementée avec l'animateur Éric Robitaille. Robert Haché est entré en poste moins d'un an avant le début de la pandémie, en juillet 2019.

Robert Haché soutient d’abord que les inscriptions à l'automne ont connu une hausse de 4 % dans l'ensemble, et de 5 % pour ce qui est des programmes francophones. Au deuxième cycle, il parle d’une hausse de 14 %. Le nombre d’étudiants internationaux inscrits a quant à lui chuté.

On projette les coûts de la pandémie à 7,5 millions à l’heure actuelle.

Robert Haché, recteur de l'Université Laurentienne

Malgré ces hausses d’inscriptions, le déficit de l’Université Laurentienne continue de se creuser et la pandémie accentue les difficultés financières. Le nombre d’étudiants en résidence est passé d'environ 12 000 à 500 à l'automne. Les revenus des services alimentaires sont presque nuls. Il n’y a eu aucun événement sur le campus depuis le mois de mars. Ce sont là des exemples que Robert Haché donne pour expliquer une partie de la perte de revenus.

L'institution connaissait déjà une situation financière difficile avant même la pandémie. Robert Haché cite le départ des étudiants saoudiens il y a deux ans et la fermeture du campus de Barrie.

Robert Haché croit que le débat entourant le nombre de programmes en français fait fausse route. Ce n’est pas le nombre de programmes en français qui importe, selon lui, mais bien le nombre d’étudiants qui s’inscrivent aux programmes en français et leur rétention jusqu’à l’obtention de leur diplôme.

Les programmes qui ont seulement 2 ou 3 étudiants, c’est difficile pour l’étudiant et même pour l'Université.

Robert Haché, recteur de l'Université Laurentienne

Il explique que 20% des étudiants étudient dans un programme francophone.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi