•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Gisèle Chrétien Beauchamp, une haute gestionnaire qui a marqué le Nord de l’Ontario

Rattrapage du jeudi 19 novembre 2020
Gisèle Chrétien Beauchamp sourit en regardant la caméra.

Gisèle Chrétien Beauchamp a été la première présidente du Collège Boréal.

Photo : Gisèle Chrétien Beauchamp

Présidente du Collège Boréal de 1998 à 2006, Gisèle Chrétien Beauchamp a été la première femme à occuper ce poste. Au fil de son parcours, elle est devenue une haute gestionnaire incontournable dans la communauté francophone du Nord de l'Ontario depuis plus de 30 ans. Elle revient sur son parcours au micro d'Éric Robitaille.

Originaire de Blezard Valley, Gisèle Chrétien Beauchamp est infirmière de formation. Au cours de sa carrière, elle a siégé à de nombreux conseils d’administration dont ceux du Collège Boréal, de TFO et du Barreau de l’Ontario.

[Les sciences infirmières] c’est mon premier amour alors ça reste toujours.

Gisèle Chrétien Beauchamp

En devenant présidente du Collège Boréal en 1998, succédant à Jean Watters, Gisèle Chrétien Beauchamp devient la première femme a occuper un poste aussi important à Sudbury.

Les hommes étaient très gentils, ils allaient faire une partie de golf, mais moi je n’en faisais pas à l’époque. Alors pour m’inclure, ils ont ajouté un souper pour que je fasse partie du groupe, se souvient l’ancienne présidente.

J’étais la première, mais plusieurs ont suivi par la suite: Cambrian, Laurentienne, l’hôpital […] là c’était toutes des femmes [à la direction]!

Gisèle Chrétien Beauchamp


À l’ouverture du Collège Boréal, Gisèle Chrétien Beauchamp se remémore aussi le dévouement des employés. Ils voulaient que ce soit parfait!

Une entreprise qui réussit, c’est une entreprise qui investit dans ses ressources humaines. Et je crois que c’est l’une des forces de l’équipe du Collège Boréal, soutient Mme Chrétien Beauchamp.

Forte de son expérience au conseil d’administration du Barreau de l’Ontario, Gisèle Chrétien Beauchamp rappelle qu’il est important que les francophones exigent des services en français auprès des services juridiques.

Il faut demander ses services en français pour les garder et les étendre.

Gisèle Chrétien Beauchamp

L'entrevue avec Gisèle Chétien Beauchamp a été présenté en plusieurs parties

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !