•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Alain Doom réfléchit à l’avenir du théâtre

Rattrapage du vendredi 23 octobre 2020
Alain Doom

Alain Doom

Photo : Radio-Canada / Josée Perreault

Le directeur du programme de théâtre, Alain Doom, a récemment reçu le prix d'excellence en recherche de l'Université Laurentienne. Comblé de recevoir une telle reconnaissance, le comédien, dramaturge et pédagogue franco-ontarien est aussi en réflexion sur l'avenir du théâtre.

C’est grâce à un cycle d’écriture de trois oeuvres qu’Alain Doom reçoit cette distinction en recherche. La mémoire est le thème central de ses trois pièces, Un neurinome sur une balançoire (2015) , Un quai entre deux mondes (2018) et Le Club des éphémères (2020).

Voir mon cycle d’écriture sur la mémoire reconnu de cette manière-là est quelque chose qui me donne le coeur au ventre et envie de continuer.

Alain Doom

Il offrira d’ailleurs une conférence à ce sujet au début de l’année 2021 lors de la semaine de la recherche de l’Université Laurentienne. De concert avec son conseiller dramaturgique, Joël Beddows, Alain Doom expliquera son processus de création et de recherche avec un sujet aussi complexe que la mémoire.

Plusieurs représentations de sa plus récente pièce ont dû être annulées en mars en raison de la pandémie. Sans vouloir trop s’avancer, l’homme de théâtre confie qu’elle devrait revenir dans la programmation du Théâtre du Nouvel-Ontario et du Théâtre français de Toronto en 2022.

L’avenir du programme de théâtre

Le programme de théâtre à l’Université Laurentienne, dont Alain Doom est le directeur, figure parmi ceux dont l’institution postsecondaire a suspendu les inscriptions en août dernier.

C’est pas nécessairement anormal qu’une université se pose la question 'est-ce que ce programme est fondamental, comment et quand ?'

Alain Doom

Le professeur précise qu’il n’a jamais été question supprimer le programme dans son entièreté. C’est plutôt une restructuration qui est en cours. L’université nous a demandé de revoir la pertinence d’offrir 4 diplômes différents, dit-il. Cette requête et la pandémie animent sa réflexion sur la postérité du théâtre et des arts vivants franco-ontariens.


Entretemps, une collaboration est en cours entre le Théâtre du Nouvel-Ontario et le programme de théâtre pour souligner les 50 ans de l’organisme culturel et de la pièce Moi j’viens du nord s’tie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !