•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Les jardins naturels, amis des pollinisateurs

Rattrapage du lundi 28 septembre 2020
abeille sur plante verte

Les pesticides menacent entre autres la survie de populations d'abeilles.

Photo : iStock

La Ville du Grand Sudbury a approuvé le Plan de gestion communautaire de l'énergie et des émissions la semaine dernière. L'idée derrière le projet est de rendre la ville carboneutre d'ici 2050, une initiative qui donnera un coup de pouce aux pollinisateurs.

Quand il est question de pollinisateurs, on pense souvent aux abeilles, mais ils ne sont pas seuls. Il y a également les guêpes, les scarabées, les mouches, les papillons et les colibris.

La coordonnatrice des initiatives de Terre à cœur Sudbury, Jennifer Babin-Fenske, en connaît long sur le sujet. En plus d'œuvrer pour un organisme qui veille à la protection de l’environnement en bâtissant une collectivité plus saine, Mme Babin-Fenske détient un doctorat en entomologie.

Jennifer Babin-Fenske se fait prendre en photo, appuyée sur une rampe.

Jennifer Babin-Fenske, coordonnatrice des initiatives de Terre à cœur Sudbury

Photo : Jennifer Babin-Fenske

Il y a des façons de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, en mangeant et en produisant de la nourriture localement, et absorber les émissions en plantant des arbres, raconte-t-elle.

Le Conseil de la politique alimentaire du Grand Sudbury souhaite aussi que la ville reçoive la désignation officielle de ville amie des abeilles. L’experte souligne également que chacun peut prendre des mesures pour rendre son terrain plus attrayant aux yeux des pollinisateurs, peu importe si la ville reçoit ce sceau officiel.

Période de révision pour la Ville du Grand Sudbury

De plus en plus d'éléments viennent mettre l'existence des pollinisateurs en péril, dont les pesticides, les changements climatiques et même l'utilisation de téléphones cellulaires. L'emploi parfois excessif d'antibiotiques peut avoir aussi un impact sur les abeilles.

À cette liste, on pourrait aussi ajouter les villes qui ont parfois des règlements stricts quant à l’entretien des jardins de ses citoyens. La Ville du Grand Sudbury est actuellement en période de révision de ces lois qui dictent l’état des terrains privés. Présentement, le gazon ne doit pas dépasser les 20 cm.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !