•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une passion sans pareil pour sauver les animaux du nord

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Une passion sans pareil pour sauver les animaux du nord

Rattrapage du mardi 7 juillet 2020
Un corbeau est juché sur son épaule.

Lise Noël est récemment venu en aide à un corbeau.

Photo : Courtoisie Lise Noël

Lise Noël habite la petite communauté nord-ontarienne de Wawa. Elle a une grande passion pour les animaux et au fil du temps, le mot s'est propagé : elle est la personne à joindre pour les cas d'animaux blessés ou vulnérables.

Puisque la petite communauté de Wawa n’est pas munie d’un centre de rescousse pour animaux, Mme Noël fait de son devoir de s’occuper de petites bêtes fragiles que les gens de sa communauté trouvent ici et là, jusqu’à ce qu’elles se soient rétablies pour être relâchées en forêt.

Je me trouve toujours un centre [à appeler] qui fait des réadaptations. Pour la petite belette, j’ai pris contact avec un centre des alentours de Toronto. C’est eux qui me donnent les informations. Je trouve toujours l’aide qu'il faut.

Lise Noël

Celle au grand cœur a parfois de la difficulté à se trouver de l’équipement puisque l’animalerie la plus près se retrouve à plus de 200 km de route, au Sault-Ste-Marie.

Belettes, goélands, canards et plusieurs autres oiseaux sauvages ont été sauvés par Mme Noël. Elle qui a déjà un emploi doit souvent se réveiller tout les deux heures pendant la nuit pour nourrir les petits animaux. C’était d’ailleurs le cas récent d’une petite belette qui avait été abandonnée par sa mère.

La belette n'est pas plus grosse que la main de Lise Noël.

Lise Noël s'occupe présentement d'une petite belette abandonnée par sa mère.

Photo : Courtoisie Lise Noël

Mme Noël a de nombreuses histoires touchantes à raconter.

Quand je vois un animal qui est blessé ou qui a perdu sa maman, je n’ai pas le cœur de les laisser, même si je sais qu’il y en a un qui va mourir. J’aime mieux le ramasser et le laisser mourir en paix que d’être torturé.

Lise Noël
Elle pose avec le canard.

Le premier animal auquel Lise Noël est venu en aide est un canard.

Photo : Courtoisie Lise Noël

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi