•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parcours de vie exceptionnel d'Elphase Izibose, étudiant réfugié

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Parcours de vie exceptionnel d'Elphase Izibose, étudiant réfugié

Rattrapage du vendredi 3 juillet 2020
Un homme souriant habillé d'une toge et d'un mortier tenant dans ses mains un diplôme et des fleurs.

Elphase Izibose est arrivé à l'Université de Hearst en 2016 grâce au Programme d'Étudiants Réfugiés.

Photo : Gracieuseté

Fuir le Rwanda sans papiers à l'âge de 17 ans, vivre dans un camp de réfugiés au Malawi pendant cinq ans pour ensuite être accueilli par l'Université de Hearst, voilà le parcours exceptionnel d'Elphase Izibose.

C’est dans un camp de réfugiés au Malawi qu’il fait la connaissance de l’organisme Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC) et de son Programme d’Étudiants Réfugiés (PÉR).

Il tente sa chance et soumet sa candidature. Il apprend par la suite que l’Université de Hearst a étudié son dossier de candidature et a décidé de le parrainer.

S’il y a quelque chose que chaque jeune réfugié rêve, c’est de se voir lui-même être retenu dans le [Pogramme d’Étudiants Réfugiés]. C’est une grande joie!

Elphase Izibose, récent diplômé de l’Université de Hearst

Elphase Izibose est arrivé dans le nord de l’Ontario en 2016. Il est le premier étudiant à être accueilli à l’Université de Hearst grâce au PÉR.

Aujourd’hui, il est récipiendaire de la bourse Parcours de vie exceptionnel de l’Université d’Ottawa. En septembre, il sera étudiant à la Faculté de droit et y débutera des études en droit civil. Il souhaite devenir avocat pour lutter contre les injustices et contribuer à changer la société.

Il dit avoir adoré son passage dans le Nord et à l’Université de Hearst et en garde de très bons souvenirs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !