•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture progressive pour le Centre Victoria pour femmes

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Réouverture progressive pour le Centre Victoria pour femmes

Rattrapage du jeudi 28 mai 2020
Gaëtane Pharand dans le studio de l'émission Jonction 11-17

Gaëtane Pharand, directrice générale du Centre Victoria pour femmes

Photo : Radio-Canada / Patrick Wright

C’était cette semaine que le Centre Victoria pour femmes devait présenter un spectacle intime avec Nathalie Simard, mais la crise sanitaire en aura voulu autrement. En cette semaine des survivantes, Gaëtanne Pharand souligne que Nathalie Simard, bien plus qu’une victime, est une survivante.

La violence n’a pas diminué

En cette période de confinement, la violence domestique n’a pas diminué, explique la fondatrice du Centre Victoria pour femmes (CVF). Bien qu’il y ait moins de demandes pour ses services, Gaëtanne Pharand soupçonne que le CVF verra une recrudescence d'appels dans les mois à venir. Elle affirme que son équipe est prête.

Même si les services en personne sont réduits, Mme Pharand tient absolument à souligner que le CVF et ses partenaires partout dans le Nord continuent d’avoir une présence et que leurs services sont disponibles, que ce soit par téléphone, par courriel ou par conférence vidéo.

Les installations du Centre Victoria seront ouvertes de manière progressive, avec beaucoup de prudence, et les membres de l’équipe continuent de voir des cas plus urgents en personne, tout en respectant les règles de distanciation. Les rassemblements communautaires, comme les spectacles-causeries annulés avec Nathalie Simard, devront malheureusement attendre.

Quoi faire?

Mme Pharand offre un message d’espoir à celles qui vivent une situation de violence domestique et à ceux qui s’inquiètent pour leur proche. Elle lance un cri du cœur à ceux qui seraient témoins de violence domestique.

Si vous soupçonnez, faites quelque chose

Gaétane Pharand, fondatrice du Centre Victoria pour femmes

Approchez la personne, avec un cadeau de nourriture, ou une quelconque occasion. On peut faire ces choses-là en gardant la distance. Ce contact pourrait aider une personne à reconnaître qu’elle vit quelque chose, ce qui peut déclencher la volonté d’aller plus loin, et ça, c’est très important, insiste Mme Pharand.

En terminant, Gaëtanne Pharand implore les gens de ne pas hésiter à chercher de l’aide et elle rappelle que les services sont là, malgré la crise sanitaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !