•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Personnalité nord-ontarienne : Patrice Dubreuil

Jonction 11-17

Avec Éric Robitaille

En semaine de 15 h 30 à 18 h

Personnalité nord-ontarienne : Patrice Dubreuil

Audio fil du mardi 22 octobre 2019
Patrice Dubreuil, en studio à Radio-Canada Sudbury

Patrice Dubreuil

Photo : Radio-Canada / Patrick Wright

Descendant des fondateurs de son village natal de Dubreuilville, Patrice Dubreuil a certainement hérité de la fougue entrepreneuriale de ces ancêtres.

Une compagnie de peinture a été la première entreprise de Patrice Dubreuil alors qu’il était toujours aux études.

J’ai bien réussi avec ça. Ça m’a un peu aidé à prendre confiance, que j’étais capable d’être en affaires, raconte-t-il.

Il a choisi ensuite d’investir dans son village d’origine, en achetant le restaurant rattaché au motel appartenant à son père. Commerce qui a éventuellement été vendu et que Patrice Dubreuil a racheté quelques années plus tard.

Il a également travaillé comme d'administrateur financier du Diocèse de Sault-Sainte-Marie. Il a aussi été impliqué dans l’organisation de la vente de l’ancien édifice du Carrefour francophone de Sudbury à titre de trésorier du conseil d'administration du centre culturel. Il a par la suite fait un saut du côté du Collège Boréal où il a été directeur des ventes d'Entrerpise Boréale.

Par la suite, il s’est tourné vers l’industrie minière, avec son implication dans les compagnies Fuller Industrial, Bestech et Manitou Gold.

Bâtisseur de sa communauté

Ces jours-ci, Patrice Dubreuil investit davantage dans sa région natale, ayant à l'esprit l’essor qu’a vécu la communauté construite par son grand-père et ses oncles au début des années 1960.

Je prends mon plan de match un peu de ce qu’ils ont fait, explique-t-il. Ces gens-là avaient du coeur au ventre, ils ne passaient pas par quatre chemins pour arriver à leurs objectifs. Je me dis qu’ils ont été capables de faire tout ça, je pense que je suis capable d’en faire autant. C’est ça qui me motive.

Archives : Le village de Dubreuilville en 1963

Archives : Le village de Dubreuilville en 1963

Photo : Radio-Canada / Facebook/Dubreuilville

Patrice Dubreuil a donc racheté l’ancien motel familial pour en faire une destination hivernale de sports motorisés et il a aussi construit une station d’essence ouverte 24 heures par jour. Il est également vice-président de la Fédération des clubs de motoneige de l'Ontario.

Mais ce qu'il souhaite par-dessus tout c'est voir davantage de gens venir s’installer dans la communauté de Dubreuilville.

J'aimerais inviter les francophones du Canada à déménager à Dubreuilville. Venez, on a plein d'emplois pour vous et on est une belle communauté francophone. On vous attend, lance-t-il.

Un grand ami d’Eddy Lefrançois

Un autre lien émotif que atttache Patrice Dubreuil à son village natal, c’est son ami Eddy Lefrançois, décédé l’hiver dernier après un combat de 26 ans avec la maladie de Lou Gehrig.

Un homme avec un poli

Eddy Lefrançois a vécu plus de 25 ans avec la maladie de Lou Gehrig.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Amis depuis l’âge de 4 ans, Patrice et Eddy ont pu cocher ensemble plusieurs items sur la "bucket list" de ce dernier.

Surtout, Patrice Dubreuil trouve toujours important de raconter l’histoire de son grand ami.

Raconter pour donner un exemple de détermination et de persévérance aux gens. Il ne faut pas perdre espoir. On peut vivre notre vie, on le fait juste différemment. Ça a toujours été son message.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi