Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du jeudi 20 décembre 2018

2018, une année charnière pour Guy Caron

Publié le

Guy Caron
Guy Caron   Photo : Radio-Canada

Pour la première fois cette année, le député fédéral de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques a agi à titre de chef parlementaire du Nouveau parti démocratique à la Chambre des communes.

Ce nouveau rôle lui a permis de poser directement ses questions au premier ministre Justin Trudeau. Parmi les sujets qui ont particulièrement retenu son attention, le député note la gestion de l'offre, particulièrement dans le cadre des négociations sur l'accord de libre-échange.

Les enjeux liés aux relations de travail ont aussi marqué l'année de Guy Caron, notamment avec les grèves tournantes chez Postes Canada et les conditions de travail des employés.

C'est toutefois l'avenir de l'usine Bombardier de La Pocatière qui a le plus noirci l'agenda du chef parlementaire en fin d'année, surtout à la suite de la perte d'un lucratif contrat de fabrication de wagons au profit de l'Allemande Siemens. Le Buy America act, élément qui n'a pas fait l'objet de négociations avec les États-Unis lors des discussions sur l'ACÉUM et qui a motivé Bombardier à favoriser son usine de Plattsburgh pour honorer un contrat avec le New Jersey Transit, a aussi déplu à Guy Caron

C'est les libéraux qui ont négocié l'entente de libre-échange avec les États-Unis. Les libéraux plaident qu'il est impossible d'imposer du contenu local dans la construction des trains. C'est un argument que je n'achète pas.

Guy Caron, député néo-démocrate de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques

En plus de s'attarder à la pénurie de travailleurs qui touche l'ensemble des régions du pays, Guy Caron admet que le NPD devra trimer dur, en 2019, pour faire connaître son chef Jagmeet Singh. Il est encore méconnu au Québec, oui. Toutefois, on espère que l'élection partielle de Burnaby-South, prévue pour février, amènera notre chef à la Chambre des communes et permettra aux citoyens de le connaître, conclut Guy Caron.

Chargement en cours