Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du vendredi 4 mai 2018

Un seul aréna à Témiscouata-sur-le-Lac?

Publié le

400 personnes dans la Salle Témiscouata, au Centre des loisirs de Notre-Dame-du-Lac
Environ 400 personnes se sont déplacées pour cette soirée d'information sur le nouveau projet présenté par Témiscouata-sur-le-Lac.   Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Il n'y aurait maintenant qu'un seul projet d'aréna à Témiscouata-sur-le-Lac. La Ville souhaite le construire dans le quartier Cabano, à l'endroit où le Centre sportif Phil-Latulippe s'est effondré en avril 2017. L'aréna Jacques-Dubé, du quartier Notre-Dame-du-Lac, serait quant à lui démoli pour faire place à un projet hybride de centre multifonctionnel.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Ce tout nouveau scénario a été présenté aux citoyens lors d'une soirée d'information qui se tenait jeudi soir.

Le centre multifonctionnel serait utilisé pour des événements et pour une offre récréative, mais il aurait aussi une vocation de centre d'interprétation portant le nom de Claude Béchard. Lors de la présentation, les citoyens ont vu des exemples de ce qui pourrait faire partie du projet : glissades d'eau, mur d'escalade, terrain de soccer intérieur ou centre de trampolines. « L'objectif est d'avoir quelque chose d'ouvert 12 mois par année, qui va attirer du tourisme et des investisseurs », a affirmé le maire Gilles Garon.

Or, ce nouveau projet a été accueilli froidement par de nombreux citoyens, lors de la soirée d'information. Pour la plupart résidant dans le quartier Notre-Dame-du-Lac, ces citoyens se sont montrés préoccupés par la perte de leur aréna, expliquant que l'infrastructure fait partie du patrimoine bâti du quartier Notre-Dame-du-Lac. « On déshabille Pierre pour habiller Phil », a clamé une citoyenne en faisant référence au Centre sportif Phil-Latulippe qui s'est effondré en avril 2017.

Certains d'entre eux ont même dénoncé une certaine confusion car les subventions pour la rénovation de l'aréna Jacques-Dubé étaient déjà confirmées.

Le maire Garon et le conseiller du district 4, Denis Blais, ont expliqué qu'il serait très difficile de rentabiliser deux arénas dans une municipalité de 5 000 personnes. Le maire a rappelé que l'exploitation des deux centres sportifs, soit l'aréna Jacques-Dubé et le Centre sportif Phil-Latulippe, était déficitaire chaque année lorsque ce dernier était toujours debout.

De plus, Gilles Garon a indiqué que la réclamation d'assurance pour l'effondrement du Centre sportif Phil-Latulippe est d'une valeur de 1,9 million de dollars. « Si le Centre sportif Phil-Latulippe [n'est pas rebâti à son emplacement d'origine], ce montant sera perdu », a-t-il rappelé à plusieurs reprises durant la soirée.

Denis Blais et Gilles Garon au lutrin.
À gauche: Denis Blais, conseiller du district 4 de Témiscouata-sur-le-Lac. À droite: Gilles Garon, maire de Témiscouata-sur-le-Lac. Photo : Radio-Canada/Jérôme Lévesque-Boucher

Des citoyens déçus

Durant la période de questions, de nombreux participants ont rappelé qu'ils avaient donné leur confiance au maire Garon aux dernières élections municipales de novembre 2017, alors que ce dernier s'était engagé à ce que les deux quartiers aient leur aréna.

« Pourquoi ça change maintenant? », a questionné un résident du secteur Notre-Dame-du-Lac. « Ce que vous nous présentez ce soir, c'est un projet pour les touristes. On n'a plus rien pour nous, à Notre-Dame-du-Lac. »

En mêlée de presse après la soirée d'information, le maire Garon semblait déçu, mais s'est dit compréhensif.

C'est leur patrimoine, leur histoire. Je comprends leur réaction. Mais je pense que notre projet assure un développement économique dont on a besoin. Il ne faut pas regarder le passé et être nostalgique: il faut regarder vers l'avenir et laisser quelque chose de constructif pour ceux qui vont suivre.

Gilles Garon, maire de Témiscouata-sur-le-Lac

Un clivage entre deux quartiers

Depuis la fusion des municipalités de Cabano et de Notre-Dame-du-Lac pour former la Ville de Témiscouata-sur-le-Lac, une certaine rivalité s'est installée entre les deux quartiers. Le maire Garon admet qu'il est difficile de ne faire que des heureux. « Les gens ont l'impression qu'on en donne à l'un pour en prendre à l'autre. Mais c'est pas vrai. Il faut trouver des moyens de former une grande famille à Témiscouata-sur-le-Lac », a-t-il affirmé lors de la soirée d'information.

C'est une des raisons pour laquelle le maire et le conseil ont présenté le projet de centre multifonctionnel. « Les deux projets, celui de l'aréna et du centre multifonctionnel, doivent être vus en complémentarité. Si on a deux fois des infrastructures similaires, on est limités » a rappelé le maire.

Un coût moindre

Par ailleurs, le projet de centre multifonctionnel permettrait de diminuer le coût pour les deux projets. Alors que le projet de deux arénas coûterait six millions de dollars aux Témilacois, celui d'un aréna complet à Cabano et d'un centre multifonctionnel à Notre-Dame-du-Lac serait trois fois moins cher, selon les estimations de la municipalité.

« On pourrait donc faire ces deux projets sans augmentation de taxe », a affirmé Denis Blais, conseiller du district 4.

Les citoyens ont quitté la Salle Témiscouata du Centre des loisirs de Notre-Dame-du-Lac avec plus de questions que de réponses. « Pensez-y comme il le faut », a dit Gilles Garon en conclusion de la soirée d'information.

Chargement en cours