Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du jeudi 3 mai 2018

De la zoothérapie pour les étudiants au Cégep de La Pocatière

Publié le

Milow, un berger belge de Tervueren, est âgé de 5 ans.
Milow, un berger belge de Tervueren, est âgé de 5 ans.   Photo : Amélie Martin

La période des examens dans les cégeps et les universités approche à grands pas. Comme il s'agit souvent d'une période de stress pour les étudiants, le Cégep de La Pocatière leur propose de réduire leur anxiété au moyen de la zoothérapie.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Ce n'est pas la première fois que le Cégep de La Pocatière tente l'expérience. Déjà, en 2016, un projet similaire avait été proposé.

Or, cette fois, il s'agit d'un projet plus concret. Le projet-pilote d'Amélie Martin, enseignante en formation continue et conseillère en services adaptés au Cégep, a mis sur pied ce service. Déjà, depuis janvier 2018, les étudiants ayant des besoins particuliers ont pu bénéficier de la présence de Milow, un berger belge de Tervueren âgé de 5 ans qui appartient à Mme Martin.

Le principe est simple: sur rendez-vous, l'étudiant qui en ressent le besoin peut se rendre à la bibliothèque du Cégep où un espace réservé à la zoothérapie a été aménagé. La personne bénéficie alors d'une séance de 15 minutes avec le sympathique canin.

Depuis janvier 2018, Amélie Martin a pu observer des changements significatifs chez les étudiants qui ont profité des séances.

Les étudiants s'ouvrent davantage sur ce qu'ils vivent. La présence de Milow leur permet d'extérioriser beaucoup d'anxiété et les contacts se font beaucoup plus facilement. C'est vraiment chouette à voir.

Amélie Martin, enseignante et conseillère en services adaptés au Cégep de La Pocatière
Amélie Martin et Milow.
Amélie Martin, enseignante en formation continue et conseillère aux services adaptés du Cégep de La Pocatière, avec son chien Milow. Photo : Amélie Martin

Une anxiété palpable chez les étudiants et étudiantes

Selon Mme Martin, les changements se font même sentir sur les résultats scolaires des étudiants. Considérant que des nombreuses études démontrent que la performance scolaire joue un grand rôle sur la santé mentale des jeunes, l'enseignante croit qu'il est essentiel de déjouer l'anxiété.

Actuellement, c'est un étudiant sur trois qui éprouve des problèmes d'anxiété. C'est majeur. Donc il nous faut trouver des moyens pour aider les jeunes à diminuer leur stress. La zoothérapie fonctionne à plusieurs égards.

Amélie Martin, enseignante et conseillère en services adaptés au Cégep de La Pocatière

Un étudiant sur trois? « Oh oui! », tranche Mme Martin. « C'est vraiment en augmentation. Que ce soit au début ou à la fin de la session, c'est vraiment une réalité à laquelle nous sommes de plus en plus confrontés ».

À l'aube de la semaine nationale de la santé mentale, Mme Martin insiste pour dire que les établissements d'enseignement ont un rôle à jouer. « Ici, à La Pocatière, on veut vraiment promouvoir un Cégep en santé physique et un Cégep en santé mentale. De là la nécessité de trouver de nouveaux moyens d'y arriver et la zoothérapie fait partie de ces moyens. »

Une vedette sur le campus

Les étudiants ne sont toutefois pas les seuls à profiter de la présence de Milow sur le campus. Les enseignants et membres du personnel sont aussi du nombre des bénéficiaires.

« Je vois des enseignants souriants, heureux de voir Milow. En arrivant le matin, je lui mets son harnais de travail et je le détache. À ce moment, il fait sa tournée des bureaux. J'entends des rires, des exclamations, des gens qui viennent à sa rencontre. Ça change réellement l'atmosphère de travail », conclut Mme Martin.

Les étudiants désireux de prendre rendez-vous avec Milow pourront le faire dès le 8 mai.

Chargement en cours