Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du mercredi 10 janvier 2018

Comment réagissent les voitures électriques aux grands froids?

Publié le

Une câble est branché là où se trouverait la pompe sur une voiture à essence.
Une voiture électrique en recharge   Photo : Radio-Canada

Le Bas-Saint-Laurent, comme l'ensemble des régions du Québec, compte de plus en plus d'adeptes de voitures électriques. Toutefois, nombreux sont ceux qui ont encore des réticences à se tourner vers l'électromobilité, surtout en raison des conditions hivernales rudes vécues chaque année.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Selon le porte-parole de l'Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ), Martin Archambault, les véhicules électriques se comportent très bien lorsque la température chute de façon spectaculaire. S'il admet que l'autonomie des véhicules est grandement diminuée, il rappelle que 95 % des déplacements se font sur des distances relativement courtes.

La plupart des gens vont faire 50, peut-être 60 kilomètres de route par jour. Même lorsqu'il fait très froid, toutes les voitures électriques sont capables d'accomplir ces distances avant d'être rebranchées.

Martin Archambault, porte-parole de l'AVÉQ

Du même souffle, il rappelle que les véhicules électriques les plus récents sont beaucoup mieux adaptés aux baisses de température que les anciens modèles. « Avant, on parlait de 130 kilomètres d'autonomie en condition idéale. Maintenant, des voitures à des prix accessibles peuvent donner 200, voire 300 kilomètres d'autonomie », souligne Martin Archambault.

Un homme essaie une voiture électrique
L'AVÉQ affirme que les véhicules électriques sont tout à fait capables d'affronter les rigueurs de l'hiver. Photo : Radio-Canada

Pour ce qui est du démarrage, Martin Archambault veut déboulonner certains mythes. « Plusieurs personnes croient que c'est plus fragile lors des démarrages. C'est l'inverse! Les voitures électriques n'ont pas d'huile à chauffer, d'essence à faire exploser dans la chambre à combustion. En plus, la plupart du temps, votre voiture est branchée. »

Une information corroborrée par Jesse Caron, expert automobile chez CAA-Québec.

À condition de s'assurer que notre batterie 12 volts soit bien chargée, il n'y a aucun problème au démarrage avec les véhicules électriques. Au contraire : la plupart des propriétaires font état d'un fonctionnement impeccable.

Jesse Caron, expert automobile chez CAA-Québec

Jesse Caron affirme aussi qu'il est très rare que les remorqueurs du CAA aient des appels en lien avec les véhicules électriques. « Il faut dire que la part de marché des voitures électriques est très mince donc, déjà là, ça ne nous arrive pas souvent. Est-ce qu'on en aura plus lorsqu'elles seront démocratisées davantage? Peut-être. Mais pour l'instant, rien n'indique que l'hiver soit un problème pour ce type de véhicule. »

En somme, les experts s'entendent pour dire que les automobilistes désireux de tenter l'électromobilité n'ont rien à craindre de l'hiver.

Chargement en cours