•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mesures sanitaires aux frontières : la préfète de la MRC de Témiscouata est préoccupée

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

Mesures sanitaires aux frontières : la préfète de la MRC de Témiscouata est préoccupée

Rattrapage du vendredi 19 juin 2020
Le Lac Témiscouata.

Guylaine Sirois craint un surplus de voyageurs dans le Témiscouata en raison des mesures sanitaires aux frontières du Nouveau-Brunswick et des États-Unis.

Photo : Radio-Canada

Alors que le premier ministre Justin Trudeau ne prévoit pas de réouverture des frontières avec les États-Unis avant le 21 juillet, le gouvernement du Nouveau-Brunswick refuse que des Québécois en route pour les Îles-de-la-Madeleine soient hébergés sur le territoire de la province. La préfète de la MRC de Témiscouata, Guylaine Sirois, se dit inquiète.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

En raison des mesures sanitaires aux frontières, le Témiscouata se retrouve donc géographiquement enclavé. Ce qu'on voit venir, c'est un nombre important, trop important, de visiteurs qui sont hébergés au Témiscouata sur leur route vers les Îles [de-la-Madeleine], en passant par Souris sur l'Île-du-Prince-Édouard, explique Guylaine Sirois.

Est-ce qu'on va avoir assez de places pour les héberger? Est-ce que les restaurateurs sauront répondre à la demande? On se pose beaucoup de questions.

Guylaine Sirois, préfète de la MRC de Témiscouata

La préfète ajoute que si le Témiscouata a été relativement épargné de la crise sanitaire avec six cas répertoriés de COVID-19, elle souhaite que la situation demeure ainsi. C'est bien sûr qu'on va se montrer accueillant, quoi qu'il arrive. On l'a toujours été. Mais on demande aux visiteurs de respecter les consignes de la santé publique à la lettre. On ne voudrait pas se retrouver avec un nid d'éclosion au Témiscouata parce que ça coince aux frontières, dit Mme Sirois.

Guylaine Sirois, préfète de la MRC de Témiscouata.

Guylaine Sirois, préfète de la MRC de Témiscouata.

Photo : MRC de Témiscouata

Des citoyens exaspérés

Du même souffle, Mme Sirois admet que les citoyens qui l'interpellent sur les mesures sanitaires aux frontières commencent à montrer de sérieux signes d'impatience. Nos citoyens, nos entreprises, ont des liens très étroits avec les gens du Madawaska, au Nouveau-Brunswick. Ça fait des mois qu'ils n'ont pas pu se voir, être en contact. Ceux et celles qui ont de la famille ou des résidences de part et d'autre de la frontière du Nouveau-Brunswick commencent à être vraiment tannés, précise la préfète.

C'est pourquoi elle souhaite que les gouvernements provinciaux puissent s'entendre rapidement sur des façons de laisser passer les citoyens de chaque côté de la frontière séparant le Québec du Nouveau-Brunswick. On m'a dit que les négociations se poursuivaient et que les deux provinces se parlent beaucoup. J'espère juste que le fédéral et que Québec savent et comprennent dans quelle situation ils nous mettent, en ce moment, questionne Mme Sirois.

La préfète en profite pour demander aux voyageurs de s'informer sur la faisabilité d'être hébergés au Témiscouata avant de s'y rendre. On a des employés de la MRC qui sont mobilisés à répertorier et à mettre à jour la liste des entreprises qui sont ouvertes ou fermées et les conditions pour que les gens puissent être bien accueillis. Toutes les informations sont sur notre site Internet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi