•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'achat local pour épauler les médias régionaux

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

L'achat local pour épauler les médias régionaux

Rattrapage du mardi 21 avril 2020
Des journaux empilés

Pour Ghislain Simard (CHOX-FM) et Louis Turbide (Le Placoteux), l'achat local contribue à la santé des médias régionaux.

Photo : getty images/istockphoto / Sezeryadigar

Pendant que toute la société est en pause, les revenus publicitaires des médias régionaux fondent comme neige au soleil. Si le député conservateur Bernard Généreux demande à Ottawa d'y mettre du sien pour assurer leur survie, les médias sont d'avis que l'achat local pourrait représenter une des solutions à leur pérennité.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Ghislain Simard, directeur général de la station de radio CHOX-FM de La Pocatière, estime que la baisse de revenus publicitaires est palpable. Sans pouvoir vous donner de chiffres précis, [...] j'estime la baisse à environ 60 %, affirme-t-il.

Bien que l'aide d'Ottawa serait grandement appréciée, M. Simard souhaite que cette crise serve de leçon. Il demeure optimiste quand à la survie de la station radio qui fait partie du quotidien des gens du Kamouraska depuis plus de 80 ans mais refuse de se mettre la tête dans le sable.

Je m'inquiète beaucoup pour nos partenaires. Il est clair que s'ils ne passent pas à travers, on ne passera pas à travers non plus. Quand on parle de solidarité et d'achat local, ça devient pour tout le monde une question de vie ou de mort!

Ghislain Simard, directeur général de CHOX-FM

Actuellement, la station CHOX-FM fonctionne à effectifs minimums, selon M. Simard. La station demeure en bonne santé. Mais je pense aux petites entreprises qui ont deux ou trois ans. Vont-elles pouvoir se relever de cette crise? Il faut que le souhait de l'achat local devienne concret pour assurer notre pérennité régional, dit le directeur général.

La couverture du journal Le Placoteux.

Le directeur général de l'hebdomadaire Le Placoteux, Louis Turbide, espère que la Commission parlementaire sur l'avenir des médias puissent apporter une certaine équité sur l'aide offerte aux médias régionaux.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

« Pensez à nous en premier »

Le directeur général de l'hebdomadaire Le Placoteux, Louis Turbide, est du même avis. Je tiens à souligner l'initiative du gouvernement québécois qui nous achète actuellement 3-4 pages de publicité par parution. Sans ça, notre baisse de revenus publicitaires serait d'environ 70 %, tranche M. Turbide.

Toutefois, le directeur général admet que cette initiative lui permet simplement de garder la tête hors de l'eau. Ça nous permet de dégager un profit de quelques centaines de dollars, au maximum, ajoute le directeur général du Placoteux.

C'est pourquoi une grande campagne de sensibilisation, qui s'échelonnera sur 6 à 8 semaines, sera mise de l'avant au cours des prochaines parutions du journal.

Ça s'appelle Investir local. Ce que je demande en tant que média, c'est que les entreprises locales pensent à nous avant de penser à Facebook ou Google.

Louis Turbide, directeur général du Placoteux

Facebook et Google, ils ne demeurent pas dans le Kamouraska, ils n'achètent pas de voitures ici et ils ne dépensent pas un cent ici. On espère que le message va passer, conclut M. Turbide.

Selon le député conservateur Bernard Généreux, certains médias de la circonscription lui ont affirmé qu'ils ne seront pas en mesure de survivre plus de trois mois sans aide financière ponctuelle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi