•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

Violence conjugale : un appel à l'aide lancé aux pharmacies

Rattrapage du vendredi 17 avril 2020
Gros plan sur une main d'homme qui serre le poignet d'une femme.

Le confinement qui découle de la pandémie de coronavirus est un facteur aggravant de la violence conjugale.

Photo : iStock / Bombaert

En cette période de pandémie, les centres d'hébergement et d'aide pour femmes victimes de violence conjugale observent un phénomène qu'ils qualifient d'inquiétant. Depuis quelques jours, le nombre d'appels à l'aide est anormalement bas. Ce faisant, les organismes dédiés à la cause demandent l'aide des pharmacies.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Marie Beauchesne, coordonnatrice de la Maison La Débrouille à Rimouski, croit que le nombre d'appels à l'aide anémique s'explique aisément. Notre hypothèse, c'est que les femmes victimes de violence n'ont pas les portes de sortie habituelles. Comme elles sont confinées à la maison avec leur conjoint violent, elles n'ont pas de moment de répit pour faire appel à nous, tranche-t-elle.

C'est pourquoi un appel à la solidarité est lancé aux pharmacies de la région. On souhaite mettre en place une campagne d'affichage pour informer les femmes qui auraient besoin des services d'aide à leur disposition. Jusqu'à maintenant, trois pharmacies ont accepté de nous épauler, affirme Marie Beauchesne.

Marie Beauchesne

La coordonnatrice et co-gestionnaire de La Débrouille, Marie Beauchesne

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Pharmacies qui ont déjà accepté l'appel à l'aide

  • Proxim, 462 boulevard St-Germain, Rimouski
  • Jean-Coutu, 359 boulevard Jessop, Rimouski
  • Uniprix, 333 avenue de la Cathédrale, Rimouski

Avec la pression financière et sociale vécue lors de cette période de confinement, on souhaite que les femmes qui en ont besoin puissent appeler à l'aide. Il faut se rappeler qu'en temps normal, une Québécoise sur cinq vit une forme de violence conjugale.

Marie Beauchesne, coordonnatrice de La Débrouille

Diminution aussi observée au KRTB

À l'Autre-Toit du KRTB, un centre d'hébergement qui a la même mission que La Débrouille et qui est situé à Témiscouata-sur-le-Lac, on observe également une diminution du nombre d'appels à l'aide depuis quelques jours. On a eu beaucoup d'appels en début de pandémie, mais là, ça s'est beaucoup tranquillisé, affirme la coordonnatrice Louise Castonguay.

À la Bouffée d'air du KRTB de Rivière-du-Loup, un centre destiné à toute personne vivant une situation de détresse, on remarque une tension dans la population. La directrice Hélène Chabot remarque que bon nombre de gens qui appellent à l'aide sont des personnes qui n'ont jamais fait signe auparavant.

Ce sont des gens qui n'avaient pas nécessairement de problèmes avant la crise. [...] Et là, leur vie étant complètement chamboulée, ils n'ont pas eu le temps de développer des habiletés de résolution de problèmes, explique Mme Chabot.

Vous savez, il y a des ménages qui ont l'habitude d'être très occupés : les cours, le travail, les enfants. Soudainement, quand tout ça arrête, ils se rendent compte que ça ne va pas si bien et ils n'ont pas les outils pour affronter ces difficultés.

Hélène Chabot, directrice de la Bouffée d'air du KRTB

Hélène Chabot espère que cette pause forcée de la société saura inciter des gens à faire un examen de conscience si tel était le besoin.

Si chacun de nous prenait le temps d'y voir un cadeau dans ça. J'invite les gens à le chercher, ce cadeau. Un cadeau de rencontre avec soi-même, de rencontre avec l'autre, de découverte de choses qu'on a à améliorer dans notre vie. [...] La définition de la crise, ça veut dire une opportunité. On en a une belle, autant collective que personnelle, qu'on saisira. Du moins, je l'espère, conclut Mme Chabot.

Tous les centres d'aide et d'hébergement rappellent qu'ils sont prêts à accueillir quiconque en ressent le besoin en ce temps de pandémie. Toutes les mesures de distanciation sociale sont prises afin d'assurer la sécurité des bénéficiaires.

Besoin d'aide?

  • Centre La Débrouille: (418) 724-5067
  • L'Autre-Toit du KRTB: (418) 854-7160
  • La Bouffée d'Air du KRTB: (418) 867-8580

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi