•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'entrepreneuriat de Rivière-du-Loup, déjà en réflexion sur sa relance

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

L'entrepreneuriat de Rivière-du-Loup, déjà en réflexion sur sa relance

Rattrapage du jeudi 26 mars 2020
Une rue de Rivière-du-Loup avec l'église Saint-Patrice en arrière plan.

La rue Lafontaine, à Rivière-du-Loup.

Photo : Radio-Canada / Dereck Doherty

Les temps sont durs pour les entrepreneurs. À Rivière-du-Loup, la réflexion sur les façons de relancer l'économie à la suite de la pandémie est déjà entamée. À en croire les principaux acteurs du milieu, il faut s'attendre à ce que le visage de l'entrepreneuriat change pour toujours, dans la région.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Parmi ces personnes, on compte Marie-Hélène Collin, directrice générale de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Si elle admet que la fermeture des entreprises dites non essentielles est un coup « terriblement dur » pour l'économie de la région, elle conjure les entrepreneurs de respecter les consignes en vigueur.

Relancer dans le contexte actuel ne donnerait pas grand-chose. [...] Pour l'instant, respecter les consignes, c'est ce qu'on doit faire. L'important, c'est de garder le moral. Parce que oui, il y a de l'espoir, affirme Mme Collin en évoquant le fonds de 107 milliards de dollars débloqué par le gouvernement fédéral.

Du même souffle, Mme Collin le prédit d'ores et déjà : oui, il y aura des chamboulements dans les modèles d'affaires qui seront mis en valeur après la crise.

Assurément! On vit une crise historique. Les gens qui n'avaient pas encore pris le virage numérique, par exemple, sont confrontés à ça aujourd'hui et ils doivent se revirer de bord. Il y a des entreprises très créatives qui vont réussir à le faire. Malheureusement, peut-être que certaines ne réussiront pas à le faire assez vite.

Marie-Hélène Collin, directrice générale de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup

« Cessons de simplement encourager, investissons! »

Alex-Ann Villeneuve-Simard, chargée de projets pour Espace Centre-Ville, est exactement du même avis que Marie-Hélène Collin. La marmite bout! Les gens veulent trouver des idées rapidement à ce que [leur entreprise] soit prête à une autre crise, souligne-t-elle.

Cela dit, elle est également d'avis que les consommateurs changeront aussi de modèle de consommation. Il y a une prise de conscience sociale sur l'importance du commerce de proximité. On se rend compte, en des temps comme celui-ci, que les entreprises locales ont un impact financier sur nos milieux, oui, mais aussi un impact social!, tranche Mme Villeneuve-Simard.

Par ailleurs, Espace Centre-Ville a réfléchi à la possibilité d'offrir des chèques-cadeaux de type « achetez maintenant, obtenez plus tard » afin d'épauler les commerces louperivois qui ont besoin de liquidité. Mais on a laissé tomber pour le moment parce qu'on se rend compte que les consommateurs sont trop incertains en ce moment. Et de toutes façons, la plupart des commerces sont fermés, explique la chargée de projets.

Quoi qu'il en soit, Alex-Ann Villeneuve-Simard espère que la crise actuelle éveillera un sentiment d'appartenance envers les commerces de proximité.

Cessons de [simplement] encourager l'entreprise locale. Encourager, c'est une petite tape dans le dos une fois de temps en temps. Ce qu'on a besoin, c'est d'investir résolument dans notre économie locale.

Alex-Ann Villeneuve-Simard, chargée de projets pour Espace Centre-Ville

J'ose espérer que ça va nous rapprocher de nos commerces locaux. Si cette crise nous aura permis de développer une sensibilité à cet égard, ben tant mieux. Tant mieux, conclut la chargée de projets.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi