•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

COVID-19 : Qu'en est-il des banques alimentaires?

Rattrapage du lundi 16 mars 2020
Des bénévoles s'attellent à trier des boîtes de conserves et d'autres aliments.

Des bénévoles s'attellent à trier des boîtes de conserves et d'autres aliments.

Photo :  CBC / James Morrison-Collalto

De quelle façon les services de dépannage alimentaire du Bas-Saint-Laurent vivent-ils le quotidien chamboulé par l'éclosion de COVID-19? Si la situation semble sous contrôle pour Moisson Rimouski-Neigette, la demande est particulièrement forte chez Moisson Kamouraska.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

La directrice générale de Moisson Kamouraska, Mireille Lizotte, admet que les denrées se font plus rares. Jeudi dernier, nous avions notre habituelle épicerie communautaire. À la fin de la journée, il ne restait plus rien. Le lendemain, c'était encore pire!, dit-elle.

Nos bénéficiaires ont fait plus de provisions qu'à l'habitude et c'est bien normal. Mais on commence à manquer d'aliments et de produits hygiéniques.

Mireille Lizotte, directrice générale de Moisson Kamouraska

Selon Mme Lizotte, les denrées non-périssables seront particulièrement bienvenues au cours des prochaines semaines. Comme les gens font plus de provisions à l'épicerie, on reçoit moins de choses. On a besoin de pâtes alimentaires, de céréales, de riz, de semoule. Tout ce qui peut se conserver, souligne-t-elle.

Mireille Lizotte.

Mireille Lizotte, directrice générale de Moisson Kamouraska.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Chez Moisson Rimouski-Neigette, l'impact des mesures mises en place pour freiner la pandémie ne s'est pas encore fait sentir au même titre que dans l'ouest du territoire bas-laurentien. Ça va bien mais on sait que si ça s'étire, on pourrait voir la situation changer, explique le directeur général Djanick Michaud. Tout comme au Kamouraska, les denrées non-périssables sont plus que bienvenues.

Je pense aussi aux produits hygiéniques : des savons, des masques, tout ce qu'il faut pour qu'on puisse se laver les mains et éviter la propagation du virus. C'est sans oublier les produits pour bébés.

Djanick Michaud, directeur général de Moisson Rimouski-Neigette
Le directeur général de Moisson Rimouski-Neigette, Djanick Michaud.

Le directeur général de Moisson Rimouski-Neigette, Djanick Michaud.

Photo : Radio-Canada / Benoit Bélanger

Les deux directeurs généraux font donc appel à la générosité et à la solidarité des citoyens en ces temps plus complexes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi