•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 | Des délais plus longs à prévoir pour les dossiers d'immigration, préviennent des élus

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

COVID-19 | Des délais plus longs à prévoir pour les dossiers d'immigration, préviennent des élus

Rattrapage du vendredi 13 mars 2020
Une petit fille prête serment dans une cérémonie d'octroi de la citoyenneté canadienne, avec un drapeau canadien à l'avant-plan.

Selon Bernard Généreux et Maxime Blanchette-Joncas, il est indéniable que la pandémie de COVID-19 causera des retards en ce qui a trait aux dossiers touchant les nouveaux arrivants et les travailleurs étrangers.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Les députés fédéraux Bernard Généreux et Maxime Blanchette-Joncas sont catégoriques: la pandémie de COVID-19 causera inévitablement des retards en ce qui a trait aux dossiers d'immigration en cours au Bas-Saint-Laurent.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Pour le représentant de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, le conservateur Bernard Généreux, il s'agira d'une inévitable conséquence de la pandémie.

Il n'y a aucun doute. Ça va augmenter les délais et les éléments qui sont déjà contraignants actuellement au niveau du gouvernement fédéral.

Bernard Généreux, député fédéral de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup
Bernard Généreux.

Le député conservateur de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, Bernard Généreux.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

Même son de cloche du côté de son homologue de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, le bloquiste Maxime Blanchette-Joncas.

Ça peut certainement mettre un frein, mettre en péril les processus d'immigration en cours. Cependant, on a proposé au gouvernement de mettre en place de meilleurs protocoles de détection aux frontières pour assurer la sécurité des citoyens.

Maxime Blanchette-Joncas, député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques
Le député Maxime Blanchette-Joncas, à la Chambre des Communes

Maxime Blanchette-Joncas, lors d'une intervention à la Chambre des Communes

Photo : Bernard Thibodeau, Chambre des communes.

Les deux députés sont d'avis que le problématique tombe plutôt mal. Bernard Généreux affirme que les dossiers d'immigration, surtout ceux concernant les travailleurs étrangers, étaient déjà nombreux et poussifs avant la pandémie.

Écoutez, je vous dirais que 60 à 70 % de nos dossiers de comté, comme on les appelle, sont des dossiers en lien avec l'immigration et les travailleurs étrangers. [...] Les entreprises souhaitent que les règles en vigueur soient assouplies pour accueillir ces travailleurs. Et on pense qu'il y a beaucoup de paperasse qu'il faut diminuer au minimum, souligne le député conservateur.

De notre côté, je vous dirais qu'on a au moins un dossier d'immigration qui atterit à notre bureau à chaque jour, renchérit M. Blanchette-Joncas. On observe une rareté de travailleurs et de plus en plus de gens veulent s'installer chez nous. Ces gens ont besoin d'accompagnement et qu'il y ait davantage de ressources pour que les dossiers avancent plus vite.

À ce titre, Maxime Blanchette-Joncas propose notamment qu'un ombudsman soit nommé pour les dossiers d'immigration. Pour traiter les plaintes des gens qui font face aux ratées du système, entre autres, précise-t-il.

Toutefois, pour le moment, les deux députés implorent les citoyens de respecter les consignes en vigueur pour combattre la pandémie de coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi