•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un foisonnement d'idées pour trois projets numériques au Bas-Saint-Laurent

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

Un foisonnement d'idées pour trois projets numériques au Bas-Saint-Laurent

Rattrapage du mercredi 11 mars 2020
Des gens lors d'une cellule de co-création.

Les citoyens de tous les horizons sont invités à se creuser les méninges pour bonifier les projets du Parc côtier Kiskotuk de Cacouna, de Paraloeil et du Site historique maritime de Pointe-au-Père.

Photo : Cégep de Rivière-du-Loup

Le 28 mars prochain, les citoyens de tous les horizons seront conviés à un sprint de création au Carrefour du Cégep de Rivière-du-Loup. L'événement Imaginez - Tourisme - Culture - Numérique servira de laboratoire à idées pour bonifier trois projets à saveur numérique au Bas-Saint-Laurent. Des cellules de co-création seront mises de l'avant pour bonifier et imaginer ces projets.

Un texte de Jérôme Lévesque-Boucher

Des trois projets retenus pour l'initiative, on compte le Parc côtier Kiskotuk qui désire créer un parcours de découvertes qui se veut ludique, immersif et extérieur afin de transmettre la culture de la Première Nation Malécite de Viger.

On note aussi Paraloeil, à Rimouski, qui souhaite élaborer une exposition mobile multisensorielle utilisant la réalité augmentée pour sensibiliser les citoyens aux films classiques du répertoire québécois.

Finalement, le Site historique martime de Pointe-au-Père est l'objet du troisième projet. On souhaite y implanter de nouveaux outils interactifs pour faire vivre l’histoire du navire Empress of Ireland à des enfants de moins de 12 ans.

Martial Dubois, chargé de projet des cellules de co-création imaginées par le Living Lab en innovation ouverte du Cégep de Rivière-du-Loup, considère que l'apport des citoyens est essentiel afin qu'ils puissent s'approprier les projets.

On veut vraiment que les gens puissent rêver ces trois projets, suggèrent des idées, identifient des problèmes. Pour y arriver, ça nous prend vraiment des gens de partout, qui ont des parcours différents. C'est pourquoi on fait appel aux citoyens.

Martial Dubois, chargé de projet des cellules de co-création

Même les enfants sont conviés à l'expérience. Vous savez, les enfants ont souvent un imaginaire sans limite. Leur présence pourrait aider les adultes à retrouver leur âme de jeunesse et nous proposer leurs idées les plus folles. C'est ce que ça prend si on veut que les trois projets soient vibrants, soient vivants, ajoute M. Dubois.

La participation aux cellules de co-création du 28 mars est gratuite. Il faut toutefois s'inscrire via la page Facebook officielle de l'événement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi