•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'usine Bombardier de La Pocatière, bien plus que 350 emplois

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

L'usine Bombardier de La Pocatière, bien plus que 350 emplois

Rattrapage du vendredi 14 février 2020
Des travailleurs de Bombardier à La Pocatière

Des travailleurs de Bombardier à La Pocatière

Photo : Radio-Canada / Denis Leduc

Les discussions sont nombreuses sur l'avenir de l'usine Bombardier de La Pocatière, en marge du possible achat de la division du matériel roulant de l'entreprise par Alstom. Comme c'est le cas à chaque soubresaut concernant de près ou de loin les installations pocatoises, les emplois directs et les impacts sur la Ville de La Pocatière sont abordés. Toutefois, nombreux sont ceux qui tiennent à souligner que l'usine a une portée régionale qui va bien au-delà des 350 emplois ou de la ville elle-même.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Parmi ces personnes, on compte le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy. Il rappelle que le parc de l’Innovation de La Pocatière héberge plusieurs fournisseurs de l’usine Bombardier. Même s’ils ont un portefeuille d’actifs diversifiés, il va sans dire que des entreprises comme Novika ou Lanka ont une bonne part de revenus qui provient de leur lien d’affaires avec Bombardier La Pocatière. C’est évident qu’une vente à une entreprise étrangère les préoccupe, explique le préfet.

Au-delà de ces entreprises, Yvon Soucy souligne que de nombreux travailleurs habitent un peu partout au Kamouraska.

Ces gens-là ont une famille, des conjoints, des conjointes, qui ne seraient peut-être pas ici sans l’usine. Donc il faut voir plus loin que les 350 emplois, bien sûr. Sans pouvoir donner de chiffres précis, je vous dirais que ce sont plutôt des milliers de personnes du Kamouraska qui ont un lien direct ou indirect avec l’usine.

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska
Le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy

Le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

À l’ouest

L’histoire est similaire à l’ouest de La Pocatière, dans la région de L’Islet. Selon le président de la Chambre de commerce de Kamouraska-L’Islet, Vincent Bérubé, le coin de pays surveille de près ce qui se trame pour l’usine pocatoise de Bombardier.

Je pense aux commerces de proximité, y compris à Saint-Jean-Port-Joli, où il y a des travailleurs de l’usine. Vous savez, il y a des gens qui demeurent à L’Islet et qui travaillent à La Pocatière. L’inverse est aussi vrai. Je vous dirais qu’il y a une certaine fébrilité sur l’avenir de l’usine, explique le président de la Chambre.

Pancarte à l'entrée de l'usine Bombardier de La Pocatière, stationnement, usine à l'arrière.

Selon Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, c'est tout le Bas-Saint-Laurent qui profite de la présence de l'usine Bombardier à La Pocatière

Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

À l’est

Dans la MRC de Rivière-du-Loup, l’histoire avec l’usine Bombardier est riche. Prelco est l’un des fournisseurs, rappelle le préfet de la MRC, Michel Lagacé.

Tout comme c’est le cas à dans la région de L’Islet, celui qui est aussi maire de Saint-Cyprien souligne que certains citoyens qui y habitent travaillent ou ont travaillé à l’usine Bombardier.

À l’époque de la CRÉ, on avait donné des sommes intéressantes pour le Centre de métallurgie de La Pocatière pour qu’ils puissent développer la soudure par laser, au bénéfice de l’usine pocatoise. On a des entreprises qui ont bénéficié de cette expertise pour s’installer à Rivière-du-Loup.

Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup

Du même souffle, Michel Lagacé rappelle que l’usine Bombardier a un rôle important à jouer sur l’économie locale. Un des défis qu’on a au Bas-Saint-Laurent, c’est d’avoir des entreprises qui offrent de bons salaires. Bombardier offre ça. C’est évident que pour toute la région, c’est le genre d’entité dont on ne peut se passer, conclut le préfet.

Pour toutes ces raisons, les trois hommes sont d’avis que l’avenir de l’usine concerne toute la région et pas seulement les 350 employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi