•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un acheteur pour la Maison Bourgelas-Pelletier de La Pocatière

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

Un acheteur pour la Maison Bourgelas-Pelletier de La Pocatière

Rattrapage du mardi 4 février 2020
La Maison Bourgelas-Pelletier est immense. Elle renferme huit chambres. Elle est blanche et a des moulures rouges. Le toit, aussi rouge à l'origine, est décrépit.

La Maison Bourgelas-Pelletier, aussi connue sous le nom de Maison Richard, est située sur la route 132 à La Pocatière.

Photo : Gilles Couture

Un Pocatois, Yves Boucher, s'est porté acquéreur de la Maison Bourgelas-Pelletier de La Pocatière, aussi connue sous le nom de Maison Richard. La résidence à forte valeur historique était laissée à elle-même depuis quelques années ce qui suscitait l'inquiétude de nombreux citoyens.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Yves Boucher n'est pas seul dans l'aventure. Ses deux fils, Jean-François et David, ont également investi pour l'achat de cette maison. Leur objectif est simple : donner une cure de jouvence à la résidence pour la revendre par la suite.

M. Boucher précise par ailleurs que les terrains adjacents peuvent également faire l'objet d'une transaction. La Pocatière nous a donné l'autorisation de scinder le terrain en parties si, par exemple, quelqu'un veut se porter acquéreur d'un ou de plusieurs terrains mais pas de la maison. L'inverse est aussi vrai, précise-t-il.

Selon Pierrette Maurais du Centre d'archives de la Côte-du-Sud, la Maison Bourgelas-Pelletier est l'une des deux maisons du régime seigneurial toujours debout dans la région du Kamouraska. L'autre est la Maison Lebel-Langlais de Kamouraska.

La maison Bourgelas-Pelletier aurait été reconstruite en 1760, soit un an après l'Année des Anglais, moment où la quasi-totalité des bâtiments de la région de la Côte-du-Sud ont été complètement ravagés.

On sait que la maison est chère aux yeux de plusieurs. [...] On a déjà fait des travaux sur la toiture, sur un balcon et pour remplacer une fenêtre cassée, comme La Pocatière nous l'a demandé. La bonne nouvelle, c'est qu'elle est dans un meilleur état que ce qu'on croyait.

Yves Boucher, acheteur de la Maison Bourgelas-Pelletier

Selon Yves Boucher, la maison serait toujours habitable. L'électricité, la plomberie, tout ça est bon. Ce qu'on veut faire au printemps, c'est peut-être de lui donner un coup de pinceau, de la rendre coquette, dit-il.

Toujours selon l'acquéreur, des gens ont déjà fait part de leur intérêt à racheter la résidence. On l'a mis sur Internet et, déjà, des gens nous ont dit qu'ils sont intéressés. C'est certain que si des gens veulent la visiter, on est ouverts à ce qu'ils nous joignent, ajoute M. Boucher.

Du même souffle, le nouveau propriétaire ouvre la porte à un apport financier public. Si les paliers de gouvernements s'intéressent à la valorisation de la maison pour en faire, par exemple, un attrait touristique, on est ouverts. Je pense aussi à des privés qui ont des projets, comme des microbrasseries. Ça ferait très bien l'affaire!, conclut M. Boucher.

Yves Boucher est une personnalité connue à La Pocatière. Depuis 30 ans, il est propriétaire d'une clinique d'acupuncture et de médecine chinoise dont les installations sont situées aux abords de l'hôpital Notre-Dame-de-Fatima.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi