•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce qui s'en vient en 2020 pour le député Bernard Généreux

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

Ce qui s'en vient en 2020 pour le député Bernard Généreux

Rattrapage du lundi 13 janvier 2020
Bernard Généreux devant une pancarte électorale

Bernard Généreux réélu dans la circonscription Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup.

Photo : Radio-Canada / Miriane Demers-Lemay

À l'approche de la reprise des travaux parlementaires, le député de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup, Bernard Généreux, a identifié quelques dossiers qui risquent de retenir son attention cette année. L'élu conservateur mentionne entre autres les enjeux liés à la foresterie et le choix d'un nouveau chef pour son parti.

La réunion annuelle avec les 58 maires de la circonscription est prévue le 22 janvier.

En plus des élus, Bernard Généreux rencontrera ce jour-là des représentants du syndicat des producteurs de bois, des élus de certaines municipalités ainsi que le PDG du Conseil de l'industrie forestière du Québec, Denis Lebel.

« J’ai décidé d’organiser cette rencontre avec l’industrie de la forêt, au niveau de la transformation et de la production, pour que je puisse avoir, comme député, les arguments pour aller défendre l’ensemble de l’industrie forestière contre les nouvelles taxes américaines, pour que le gouvernement libéral puisse faire des ajustements », dit Bernard Généreux.

Le député espère que ces discussions lui permettront de bien saisir les enjeux qui touchent sa circonscription, avant son retour à la Chambre des communes, le 27 janvier.

Course à la direction du Parti conservateur du Canada

Comme les autres membres du Parti conservateur du Canada, Bernard Généreux sera appelé à voter pour celui qui succédera à Andrew Scheer à la tête de la formation politique.

Même si quelques noms circulent déjà, le député de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup refuse de se ranger derrière un candidat, pour le moment.

Bernard Généreux considère toutefois que certaines qualités sont essentielles pour être un bon chef conservateur.

« Premièrement, ça prend un chef qui est bilingue. Le bilinguisme, ce n’est pas juste de savoir parler. Il faut savoir comprendre et s’exprimer très facilement et rapidement, autant en français qu’en anglais. »

Bernard Généreux, député de Montmagny–L'Islet–Kamouraska–Rivière-du-Loup

« Il faut avoir des idées novatrices, ajoute-t-il. Avoir une capacité d’adaptation aussi. Le Canada c’est un très grand pays, il faut être en mesure de s’adapter selon les besoins dans chacune des régions. »

Bernard Généreux assure que si des élections devaient être déclenchées plus tôt que prévu, en raison du contexte de gouvernement minoritaire, il sera à nouveau dans la course pour continuer de représenter les citoyens de la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi