•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En l'absence de conseillers municipaux, comment fonctionne Saint-Paul-de-la-Croix ?

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

En l'absence de conseillers municipaux, comment fonctionne Saint-Paul-de-la-Croix ?

Audio fil du jeudi 12 septembre 2019
Le maire Simon Périard sourit à la caméra devant la salle municipale de Saint-Paul-de-la-Croix.

Le maire de Saint-Paul-de-la-Croix, Simon Périard.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

L'ensemble des conseillers municipaux de Saint-Paul-de-la-Croix ont remis leur démission en juillet. En l'absence d'un quorum, les séances du conseil sont suspendues depuis. De quelle façon les affaires courantes de la municipalité se déroulent-elles lorsqu'il n'y a pas d'élus pour appuyer les résolutions? Le maire Simon Périard explique.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Selon le maire, une dizaine de dossiers sensibles, notamment celui de la réforme du cadastre, sont à l'origine des bisbilles. J'ai dû apposer mon veto à quelques reprises puisque je trouvais que les résolutions n'étaient pas dans l'intérêt des citoyens, des contribuables. C'était irritant, à la longue. Pour moi, comme pour les conseillers, précise M. Périard.

C'est donc la Commission municipale du Québec qui a pris le relais, le temps d'élire de nouveaux conseillers. Pour l'instant, on ne connaît pas la date des élections. C'est la ministre [Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales] qui va déterminer la date. [...] C'est certain que pour l'instant, démocratiquement, ce n'est pas une situation idéale, ajoute le maire.

La Commission fait actuellement tout de Québec. Elle consulte à la fois la direction et le maire, c'est-à-dire moi, avant d'approuver les résolutions. Comme les gens de la Commission n'habitent pas à Saint-Paul, on peut dire qu'ils ont une approche très rationnelle des décisions qu'on doit prendre.

Simon Périard, maire de Saint-Paul-de-la-Croix

Est-ce qu'on peut parler de tutelle? Pas exactement, selon le maire Périard. C'est plutôt une administration temporaire. Les pouvoirs de la Commission sont sensiblement les mêmes dans les deux cas. Sauf que dans le cas d'une tutelle, on parle de remettre une municipalité sur les rails et ça fera l'objet de décisions plus poussées qui peuvent aller jusqu'à démarrer des projets. Ici, le rôle de la Commission est beaucoup plus consultatif, nuance Simon Périard.

À cet effet, le maire affirme que la Commission a donné temporairement, au moyen d'une résolution, certains pouvoirs aux employés de la Ville. Notamment le pouvoir de dépenser. Pour continuer de fonctionner, il faut quand même que les employés puissent, à titre d'exemple, s'acheter des crayons!, de dire le maire.

Le maire de Saint-Paul-de-la-Croix, Simon Périard et des conseillers municipaux votent sur une résolution.

L'ensemble des six conseillers de Saint-Paul-de-la-Croix ont démissionné en juillet dernier.

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

Qu'en est-il des citoyens?

Comme les séances du conseil sont suspendues depuis juillet, le maire tient à rassurer les citoyens en soulignant qu'ils ont toujours une voix. Ils peuvent faire appel à la direction pour faire part de leurs préoccupations, tout comme c'était le cas auparavant. Le bureau municipal est toujours accessible, explique le maire.

Du même souffle, Simon Périard tient à dire que les affaires courantes de la municipalité ne sont pas mises à mal pour autant. La Commission a approuvé plusieurs résolutions concernant bien des dossiers depuis juillet.

D'abord, la résolution municipale dans le dossier de réforme cadastrale a été suspendue, résolution qui devait remettre d'anciennes parcelles de terrain à des citoyens où des routes ont été déplacées. On doit vérifier la légalité de tout ça avant d'y donner suite, affirme le maire.

Dans un deuxième temps, une contribution financière de Québec de 321 000 $ avait été octroyée à Saint-Paul pour l'entretien du réseau routier. Or, Saint-Paul n'avait pas dépensé assez d'argent, à hauteur de 70 000 $, et on se demandait si on perdait ce montant. On a appris qu'on va pouvoir l'utiliser comme prévu.

Puis les travaux d'asphaltage du rang 3, dossier qui a causé beaucoup de débats à Saint-Paul, sont reportés. C'est trop tard pour cette année. Ce n'est pas un non définitif, peut-être l'an prochain, ajoute M. Périard.

Pas de démission

Simon Périard a tenu à réitérer qu'il n'a pas l'intention de démissionner. Avant d'être un élu, je suis un citoyen. En tant que citoyen, je me préoccupe de la façon dont l'argent est dépensé. Si on veut que les choses changent, on doit s'impliquer, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi