Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du mercredi 11 septembre 2019

Refoulements d'eaux usées: La Pocatière rencontrera les citoyens concernés le 26 septembre

Publié le

Vue en plongée sur La Pocatière
Vue sur La Pocatière   Photo : Radio-Canada / Julie Tremblay

L'administration municipale pocatoise rencontrera les citoyens concernés par les problèmes périodiques de refoulements d'eaux usées sur la 6e, 7e et 8e avenue le 26 septembre.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

En août, certains résidents du secteur avaient, de nouveau, été touchés par le problème. Celui-ci ne date pas d'hier: certains résidents ont eu à faire face à un refoulement quatre fois au cours des 15 dernières années.

La Pocatière précise que le réseau actuel dans la 7e et 8e avenue n'est pas adapté aux pluies diluviennes d'aujourd'hui. Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, rappelle que certaines mesures ont été prises pour éviter les refoulements il y a quelques années. Manifestement, celles-ci sont insuffisantes.

On cherche des solutions rapides, des solutions qui n'existaient pas par le passé. [...] J'ai hâte qu'on puisse en parler en détail avec les citoyens, le 26 septembre.

Sylvain Hudon, maire de La Pocatière

Est-ce que La Pocatière pourrait devoir débourser des dédommagements aux citoyens concernés? Ça dépend de leurs assurances et de notre responsabilité. Ce que je peux dire, c'est qu'on n'a pas de fonds [monétaires] pour aider les sinistrés dans ce cas-ci. C'est pourquoi on cherche des solutions rapidement, ajoute M. Hudon.

Sylvain Hudon
Sylvain Hudon, maire de La Pocatière. Photo : Radio-Canada/François Gagnon

Parc bioalimentaire

Le maire Hudon a également tenu, lors de la dernière séance du conseil municipal, à faire le point sur le projet de parc bioalimentaire. Si La Pocatière et Sainte-Anne-de-la-Pocatière souhaitent ériger ce parc aux abords du Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ), la Commission de protection du territoire agricole (CPTAQ) hésite à donner le feu vert.

Ils nous disent qu'on a des terrains disponibles dans le nouveau parc industriel Charles-Eugène Bouchard, juste à l'ouest de l'usine Bombardier. Je veux bien, mais ce parc est destiné à l'industriel, pas au bioalimentaire. De plus, tout le monde s'entend pour dire qu'un tel parc serait beaucoup mieux servi aux abords du CDBQ.

Sylvain Hudon, maire de La Pocatière

À ce titre, La Pocatière, la MRC de Kamouraska et la municipalité de Sainte-Anne se sont rendus devant la Commission, il y a deux semaines, pour plaider leur cause. On pense avoir été convaincants. Ce que je souhaite, c'est qu'ils comprennent qu'on veut une carte postale dynamique pour La Pocatière. Le territoire agricole de La Pocatière correspond à près de 85 % de notre superficie. Un moment donné, si on veut se développer, il faut qu'on puisse le faire, ajoute le maire.

Sylvain Hudon espère donc que la CPTAQ se montre plus flexible à l'égard du projet de parc bioalimentaire. On attend impatiemment leur avis là-dessus, conclut-il.

Chargement en cours