Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du mercredi 14 août 2019

Un cri du cœur pour les animaux du Kamouraska

Publié le

Un chat.
Un chaton âgé de quelques semaines.   Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

L'organisme citoyen Les porte-voix pour le bien-être des animaux, situé au Kamouraska, tire la sonnette d'alarme. Selon sa présidente, Valérie Boulet-Thuotte, les cas où le bien-être des animaux est compromis s'additionnent dans la MRC alors que les ressources pour combattre le problème sont rares.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

L'organisme peut compter sur le soutien d'environ 200 membres, selon sa présidente. Du même souffle, Valérie Boulet-Thuotte affirme que, malgré leur bonne volonté, les amants des animaux ne suffisent pas à la demande.

Comme partout au Québec, on a une surpopulation de chats errants. Le problème, c'est que nous ne comptons pas sur un refuge, un logis, un local pour accueillir les animaux et gérer leur affluence. Ce qu'on demande, c'est que la MRC et ses municipalités prennent les moyens d'en avoir un.

Valérie Boulet-Thuotte, présidente des Porte-voix pour le bien-être des animaux

Même si elle affirme que la MRC de Kamouraska a eu une bonne écoute à l'égard des demandes de l'organisme par le passé, la présidente remarque que le problème persiste. En plus des animaux errants, on voit des cas de négligence animale. On voit des cas d'animaux non identifiés. Il faudrait aussi que les réglementations municipales s'ajustent, notamment pour la stérilisation des animaux de compagnie, croit Mme Boulet-Thuotte.

Demandes des Porte-voix

  • Rendre obligatoire la stérilisation des animaux domestiques
  • Abolir l’euthanasie systématique des animaux perdus ou abandonnés sauf sur avis d’un ou d’une vétérinaire (cas de maladies ou de blessures graves)
  • Prévoir un lieu d’accueil temporaire répondant aux normes pour les animaux saisis ou abandonnés
Yvon Soucy
Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska Photo : Radio-Canada/François Gagnon

1er juillet

Quelques semaines après le 1er juillet, date où bon nombre de Québécois changent d'adresse, Vallérie Boulet-Thuotte a remarqué, encore une fois cette année, une forte augmentation du nombre de signalements à l'organisme citoyen.

On avait même des municipalités qui se retrouvaient avec des boîtes remplies de chatons et qui ne savaient pas quoi faire avec, précise-t-elle.

Le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy, a réagi à ce cri du cœur. S'il précise que le dossier est de compétence municipale, il ne ferme pas la porte à ce que des solutions soient trouvées pour pallier le problème.

On en a discuté il y a quelques années. À ce moment, il avait été convenu que chaque municipalité garde cette compétence. Il n'est pas dit, par contre, qu'on n'essaiera pas de trouver des solutions à l'échelle régionale, éventuellement.

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska

Le préfet évoque même l'idée que plusieurs MRC s'allient pour offrir de meilleurs services destinés à la protection et au bien-être des animaux. C'est ce qu'ils ont fait en Beauce. La MRC de Rivière-du-Loup avait eu un projet en ce sens il y a quelques années sans qu'il y ait de suite. Trop tôt pour le dire, mais je pense qu'il y a des solutions possibles, conclut le préfet.

Chargement en cours