Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du mardi 13 août 2019

Louis Gagnon, de nouveau candidat bloquiste

Publié le

Louis Gagnon au micro lors d'une allocution.
Louis Gagnon, candidat du Bloc québécois dans Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup.   Photo : Louis Gagnon / David P.

La campagne électorale fédérale est maintenant à nos portes et les partis présentent peu à peu leur candidat dans la circonscription de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup. C'est Louis Gagnon qui portera les couleurs du Bloc québécois.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

M. Gagnon est un visage connu dans la circonscription. Candidat bloquiste défait en 2015, il avait alors obtenu 16 % des suffrages exprimés. C'est le député sortant de la circonscription, le conservateur Bernard Généreux, qui l'avait remporté.

Le natif de Rivière-du-Loup a également porté les couleurs de Québec solidaire, sur la scène provinciale, lors de l'élection générale de 2014. Il avait récolté un peu plus de 6 % des suffrages exprimés mais avait été défait par l'ex-ministre libéral Jean D'Amour.

Né dans une famille d'agriculteurs, il a notamment travaillé comme coordonnateur pédagogique en Chine. Présentement, il occupe un poste d'enseignant en littérature au Cégep de Rivière-du-Loup.

Qu'est-ce qui l'a motivé à présenter de nouveau sa candidature? Le bloquiste répond en décochant quelques flèches en direction de Bernard Généreux.

Je sais que c'est un classique, en politique, de parler contre les autres, mais moi, j'ai des projets et j'ai l'impression que le bilan du dernier député [Bernard Généreux] est extrêmement faible. Il a fait des cliniques de passeport et on dirait que c'est tout ce qu'il a à dire. On dirait qu'il veut que le monde parte, mais moi, je veux que le monde reste.

Louis Gagnon, candidat bloquiste dans Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup

La rareté de travailleurs sera, aux dires de Louis Gagnon, un enjeu central lors de la prochaine campagne. C'est un problème extrêmement grave. Je propose de monter le seuil maximum de travailleurs temporaires étrangers, pour les entreprises, de 10 % à 20 %, affirme le candidat bloquiste.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet
Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet Photo : Radio-Canada

Contradiction?

Alors que le Bloc québécois défend actuellement les choix du gouvernement provincial caquiste en matière d'identité et d'immigration, Louis Gagnon a déjà défendu des valeurs interculturalistes en étant candidat solidaire, en 2014.

Je pense que le multiculturalisme à la Trudeau, c'est-à-dire de considérer que tout le monde au Canada - chaque communauté - a le même poids, [...] c'est un peu pour peinturer le Québec dans le coin. Je suis en désaccord avec cette idée. Pour régler le problème, je vise l'indépendance et on pourra ainsi accueillir les immigrants à notre façon.

Louis Gagnon, candidat bloquiste dans Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup

Environnement

Sur l'enjeu environnemental, Louis Gagnon sert une mise en garde. Sachant que le Parti vert semble gagner en popularité dans les derniers coups de sondes populaires, il insiste pour ramener les électeurs en 2011.

Les gens avaient fait confiance au NPD de Jack Layton, qui avait beaucoup de propositions environnementales. Malgré leur arrivée à l'opposition officielle, ils n'ont rien fait. Je pense donc qu'on serait beaucoup mieux avec plusieurs députés bloquistes à Ottawa qu'avec une poignée de députés du Parti vert.

Louis Gagnon, candidat bloquiste dans Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup

Soulignant que la chef du Parti vert, Elizabeth May, n'a pas totalement fermé la porte à l'exploitation des sables bitumineux, Louis Gagnon estime même que le Bloc est mieux placé que le Parti vert pour parler d'environnement.

Quant aux libéraux, je trouve ça ridicule. Ils signent la déclaration sur l'urgence climatique et la première chose qu'ils font après, c'est de donner le feu vert au pipeline Trans Mountain. J'ai très hâte d'en parler durant les débats avec mon opposant libéral [Aladin Legault-d'Auteuil], tranche M. Gagnon en conclusion.

Chargement en cours