•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du hockey universitaire D2 à l'UQAR?

Info-réveil

Avec Éric Gagnon

En semaine de 6 h à 9 h

Du hockey universitaire D2 à l'UQAR?

Rattrapage du vendredi 19 février 2021
On voit une patinoire intérieure. Elle est aménagée comme les glaces nord-américaines qui accueillent des matchs de hockey.

La zone glaces comprend des gradins pouvant accueillir un total de 920 personnes au complexe sportif Desjardins de Rimouski

Photo : Radio-Canada / Gabriel Rochette-Bériau

Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) sonde actuellement les universités du Québec au sujet de la possibilité de développer le hockey. Pourrait-on voir une équipe masculine de seconde division à l'Université du Québec à Rimouski (UQAR)? René Levesque en parle avec le directeur des Services aux étudiants de l'UQAR, Jean-François Ouellet.

Étendre l'offre du hockey universitaire au Québec, c'est une réflexion entamée il y a quelques mois. L'ancien arbitre de la Ligue nationale de hockey (LNH), Stéphane Auger, dirige au RSEQ un comité de spécialistes; leur objectif vise l'harmonisation des différents circuits scolaires au Québec.

On croit que l'offre de hockey universitaire pourrait être améliorée afin d'ouvrir cette avenue aux joueurs juniors et collégiaux. Actuellement, l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) est la seule institution francophone avec un tel programme. Or, les Patriotes jouent dans la ligue de l'Ontario, à laquelle sont aussi intégré les universités anglophones de McGill, Concordia et Ottawa.

L'UQAR, qui vient tout juste d'être contactée, voit d'un bon œil l'intérêt du RSEQ pour les universités de plus petite envergure. Cependant, l'établissement rimouskois est-il de taille à se mesurer aux universités des grands centres?

Ce sont deux mondes. Ces gens-là ont un bassin d'étudiants beaucoup plus élevé. [Sans] oublier non plus l'éloignement de notre campus à Rimouski. [Ce sont] des frais supplémentaires pour participer à un réseau de cette ampleur. On ne dit pas non à une participation. Mais encore là, il faut bien prendre le temps de considérer les tenants et aboutissants d'un tel projet.

Jean-François Ouellet, directeur des Services aux étudiants à l'UQAR.

Étendre au hockey l'offre sportive est une perspective qui dépend de critères très importants. Économique, avec les budgets disponibles; démographique, en ce qui concerne le nombre et le potentiel des athlètes. Il y a donc loin de la coupe aux lèvres avant de voir du hockey à l'UQAR. Ce qui n'est pas le cas de tous les sports dans la mire de l'institution bas-laurentienne.

On veut développer la natation. Ça fait partie de ce qu'on aimerait [voir] dans le réseau universitaire de compétition. Déjà avec les Dauphins (Club de natation à Rimouski), ce qu'on voudrait, c'est que ces athlètes aient l'opportunité de poursuivre [leur parcours élite] à l'UQAR. L'avenue du hockey est un beau rêve, mais certains autres sports sont plus accessibles pour notre université. La natation, le cross-country, le futsal, c'est la direction vers laquelle on tend.

Jean-François Ouellet, directeur des Services aux étudiants à l'UQAR.

Jusqu'à maintenant, la vision sportive de l'UQAR est à son échelle. Nous y retrouvons du basket-ball, du futsal et du badminton de calibre régional ainsi que des équipes de volley-ball féminin et de canot à glace sur des circuits provinciaux.

Intégrer du hockey à l'UQAR? Personne ne l'écartera. Mais, il faut se souvenir que c'est ce même réseau, le RSEQ, qui a conçu un remaniement des divisions dans le domaine hockey féminin collégial.

Au Cégep de Rimouski, la décision d'être rétrogradé en seconde division n'avait pas été très bien reçue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi