Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du vendredi 15 mars 2019

L'eau du golfe du Saint-Laurent particulièrement froide cette année

Publié le

Glaces sur le fleuve
Le couvert de glace sur le fleuve Saint-Laurent est imposant cette année.   Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Peter Galbraith, chercheur en océanographie physique pour Pêches et Océans Canada à l'Institut Maurice-Lamontagne, est de retour de son 24e relevé océanographique hivernal du golfe Saint-Laurent. En neuf jours, il y a effectué une centaine d'échantillonnages de la température et de la salinité en hélicoptère. Ces opérations lui ont notamment permis de mesurer la température d'eau la plus basse en 24 ans.

En entrevue à l'émission Info-Réveil, Peter Galbraith a expliqué que les opérations d'échantillonnage se sont effectuées à bord d'un hélicoptère de la Garde côtière canadienne, cette année.

Selon lui, l'utilisation d'un hélicoptère est moins coûteuse que celle d'un brise-glace.

Les échantillons ont été prélevés à différents emplacements du golfe du Saint-Laurent, alors que l'hélicoptère se trouvait au-dessus de l'eau, en vol stationnaire.

On va descendre une bouteille d'eau qui va ramasser un échantillon d'eau qu'on va ramener à l'intérieur. Puis, on va attacher une sonde qui va descendre, elle, à 200 mètres de profondeur pour mesurer la salinité, explique-t-il.

Le chercheur en océanographie physique a constaté que l'eau du fleuve est exceptionnellement froide cette année.

C'était le volume le plus important d'eau froide que j'ai mesuré en 24 ans, cette année.

Peter Galbraith, chercheur scientifique en océanographie physique

Selon M. Galbraith, quelques-uns des hivers précédents se sont avérés plus doux et l'eau du fleuve n'atteignait alors pas le point de congélation. C'était le cas en 2010 où il n'y a presque pas eu de glace dans le golfe du Saint-Laurent, illustre-t-il.

Le chercheur explique que cette année, les vortex polaires et les forts vents ont contribué à la formation d'une couche de glace plus épaisse.

Des glaces sur le fleuve
Le couvert de glace du fleuve Saint-Laurent aura tendance à s'amincir avec les années. Photo : Radio-Canada/Marie-Christine Rioux

Il précise toutefois que le fait que l'eau du golfe soit plus froide cette année est une exception à la propension des dernières années, qui tend plutôt vers un réchauffement des eaux.

On s'en va tranquillement vers un état, avec le réchauffement, où l'exception va être, comme cette année, un hiver rigoureux où la glace va réapparaître, conclut M. Galbraith.

Chargement en cours