Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du mercredi 13 février 2019

Un plan d'action pour mettre fin aux bagarres au parc Lepage

Publié le

Un boisé et une bâtiment en arrière plan durant l'hiver.
Le parc Lepage est voisin de l’école Paul-Hubert, qui accueille les étudiants de troisième, quatrième et cinquième secondaire de la ville.   Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Des représentants de la Sûreté du Québec, de la Ville de Rimouski, de la Santé publique, de la Commission scolaire des Phares et de la Direction de la protection de la jeunesse se sont rencontrés, mardi soir, afin de discuter des solutions à privilégier pour mettre fin aux bagarres au parc Lepage, à Rimouski.

Un plan d'action sera mis en œuvre au printemps.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, affirme que les gens présents ont convenu de travailler autour de plusieurs axes, notamment la sensibilisation et la réglementation.

Est-ce que la Ville pourrait mettre certaines choses de l'avant, modifier certaines règles qui feraient en sorte que ces situations-là ne se [reproduisent] plus? Il y a aussi toute la question de la surveillance et des interventions, c'est un autre axe de réflexion.

Marc Parent, maire de Rimouski

L'horaire des classes et les activités parascolaires pourraient également être repensés pour éviter que les jeunes se divertissent en organisant des bagarres.

Table ronde avec une quinzaine d'intervenants
Plusieurs représentants de la Ville de Rimouski, de la Santé publique et de la Commission scolaire des Phares, notamment, ont participé à une rencontre au sujet des bagarres au parc Lepage.   Photo : Facebook/Marc Parent-Maire de Rimouski

Selon le président de la Commission scolaire des Phares, Gaston Rioux, il faut trouver des solutions qui auront un effet à long terme. On doit trouver une solution qui n'est pas dans la coercition. Ce n'est pas de fermer le parc Lepage, ce n'est pas de faire des arrestations. C'est d'éduquer.

Si on fermait le parc Lepage, la situation pourrait se déplacer ailleurs.

Gaston Rioux, président de la Commission scolaire des Phares

Une autre rencontre de ce comité doit avoir lieu en mars.

Chargement en cours