Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Éric Gagnon
Audio fil du jeudi 24 janvier 2019

Fonte des glaciers : quel impact pour les villes côtières d'ici?

Publié le

En avant plan, un glacier qui fond. En arriere plan un cours d'eau avec de gros morceaux de glace.
La fonte d'un glacier.   Photo : Radio-Canada / François Gagnon

La fonte des glaciers s'intensifie au Groenland et en Antarctique, mais quel impact les scientifiques prévoient-ils pour les régions côtières?

En Antarctique, notamment, la fonte est plus importante que ce que prévoyaient les chercheurs, affirme Louis Fortier, professeur d'océanographie à l’Université Laval et directeur scientifique du réseau de centres d’excellence du Canada ArcticNet, ainsi que directeur du navire de recherche Amundsen.

Dans les dernières années, des prévisions scientifiques ont été réalisées pour calculer la montée des eaux par secteur, vers l’an 2100.

Des scénarios faible, moyen et fort ont été développés, selon différents calculs de la force d’impact des changements climatiques.

À l’heure actuelle, on est plutôt en train de suivre le scénario fort, avec les émissions de gaz à effet de serre qui n’ont pas l’air de vouloir se réduire.

Louis Fortier, scientifique spécialiste de la fonte des glaces
Vue aérienne de la fissure de 200 kilomètres de long qui a précédé le détachement de l'iceberg A68 de la barrière de glace Larsen C, en Antarctique.
Vue aérienne de la fissure de 200 kilomètres de long qui a précédé le détachement de l'iceberg A68 de la barrière de glace Larsen C, en Antarctique. Photo : Reuters/NASA

Louis Fortier relate ces prévisions de montée des eaux pour le Bas-Saint-Laurent, en 2100 :

  • Scénario faible : augmentation de 12 cm, ce qui n’est pas vraiment inquiétant;
  • Scénario moyen : augmentation de 20 cm, ce qui peut déjà amener des évènements extrêmes, comme des inondations et une importante érosion des berges;
  • Scénario fort : augmentation de 1,52 m, un scénario qui prend en compte une fonte importante des glaciers de l’Antarctique.

Évidemment, ça a des conséquences importantes, parce que même sans tempête, ça va avoir des impacts directs sur la côte.

Louis Fortier, scientifique spécialiste de la fonte des glaces

Selon Louis Fortier, la montée des eaux, en plus d’être causée par la fonte des glaciers et l’augmentation du volume de l’océan de surface, est aussi influencée par le rebondissement isostatique, soit la remontée des continents après la dernière déglaciation, il y a environ 12 000 ans.

Chargement en cours